Le festival M pour Montréal battait son plein ce soir, dans une douzaine de salle de la métropole. Parmi la très vaste offre artistique, il a fallu faire des choix. Voici un résumé de ma soirée.

MARTIN LIZOTTE
20 h 30 Cabaret du Mile-End

Le pianiste Martin Lizotte a donné une intéressante, mais courte (normal dans ce type de festival showcase) performance au Cabaret du Mile-End, devant un public captivé, probablement conquis d’avance. Une prestation assez dynamique. Dans mon souvenir de son album (que j’ai aimé, mais pas écouté récemment, je l’avoue), sa musique était plus ambiante. Non, le pianiste joue intensément, assez rapidement, et utilise toutes sortes de gadgets rigolos (le casque en boule disco) ou ambiants (lava-lampes, machine à bulles) pour créer une ambiance unique. C’est très réussi, et c’est sympathique puisque sans prétention.

Ce qui est unique est le travail de son complice Adam Mc Mahon qui bidouille les sons de Lizotte, l’accompagne aux mystérieuses machines. Mc Mahon est venu au piano pendant “Frictions de l’âme” et l’intensité est montée d’un cran! Deux excellents pianistes en action, qui ont du fun, ca devient vraiment intéressant! À découvrir sur disque (ça s’appelle “Pianolitudes“) et sur scène.

Martin-Lizotte-live-M-for-Mtl-2014-c

KATIE MOORE

21 h 30 O Patro vys

Autant c’est magique d’écouter la voix mélancolique, si pure de Katie Moore, autant l’effet envoutant si important pour émouvoir n’y était pas, ce soir au bar O Patro Vys sur l’avenue du Mont-Royal. Le public parlait, distrait, et les beautés chantées par la rousse montréalaise ne les atteignaient pas. Vraiment dommage.

On espère quand même un nouvel opus bientôt. C’est dans les plans, paraît-il.

Katie-Moore-live-M-for-Mtl-2014

CLOSE TALKER

22 h 30 O Patro vys

Le band de Saskatoon suivait dans la même salle et a mieux réussi à capter l’attention du public de l’O Patro Vys. Rythmes originaux, mélodies particulières (pour la première écoute que c’était dans mon cas) et surtout des morceaux un peu imprévisibles. Plusieurs changements de cap là où l’on ne s’en attend pas, plusieurs moments qui deviennent relax alors qu’on croyait que le rythme allait accélérer. C’est le fun de se faire surprendre par une chanson. Close Talker le réussit.

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.