La musique la plus inquiétante n’est pas nécessairement la plus bruyante ni la plus « heavy ». Le folk archi dépouillé de Mirel Wagner est aussi inquiétant qu’une scène d’un film de Tarantino. Seule avec sa guitare acoustique et sa voix, elle dépeint des situations sombres (Ellipsis) qui font penser à PJ Harvey époque « To Bring You My Love » en version unplugged, dans un moule folk à la Tracy Chapman.

La voix de Wagner est saisissante. Lorsque cette Finlandaise de Helsinski née en Éthiopie (et adoptée à l’âge de 18 mois) ouvre la bouche après avoir gratouillé quelques notes de guitares, le temps s’arrête. On est projetés dans une autre dimension, comme dans un film lent où l’on sent qu’il va se passer quelque chose de tragique très bientôt. On anticipe (The Devil’s Tongue).

On n’avait pas entendu ce genre d’ambiance depuis les premiers albums de Cat Power ou chez Nina Nilsson. Il y a un petit côté unique chez Mirel Wagner que les autres n’ont pas. C’est cet esprit des années 50 qu’elle va puiser au fin fond de l’americana et dont elle se saisit, rendant sa musique hantée, comme si elle venait du fond des bois. Ce « When The Cellar Children See The Light of Day » n’est pas maléfique, mais l’ambiance est si intense qu’il n’y a plus de place pour autre chose dans l’esprit (Dreamt of a Wave).

Le jeu de guitare est simple, mais tellement bien dosé que ça dévoile une musicienne qui est capable de faire bien plus, mais qui choisit la parcimonie (What Loves Looks Like). Il y a Kandle qui aurait pu prendre ce chemin obscur si elle n’avait pas engaillardi son rock récemment.

Impressionnant!

mirelwagner_whenthecellar

MIREL WAGNER
When The Cellar Children See The Light of Day
(Sub Pop, 2014)

-Genre: folk dépouillé et hanté
-Dans le même genre que PJ Harvey, Valerie June, Nina Nilsson, Kandle

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

MIREL WAGNER : saisissante, voire inquiétante
Originalité90%
Authenticité90%
Accessibilité85%
Direction artistique100%
Qualité musicale90%
Textes90%
91%Overall Score
Reader Rating: (1 Vote)
91%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.