Album le plus représentatif du leader du mouvement grunge de Seattle, « Every Good Boy Deserves Fudge » se distingue par son mur de guitares saturées de distorsion et la voix hargneuse bien présente tout au long de l’album. Mudhoney évite toutefois de tomber dans le piège habituel en utilisant bien l’harmonica et l’orgue, allégeant certaines compositions (Check Out Time et Let it Slide). Le ton nasillard du chanteur Mark Arm est devenu une marque de commerce du groupe, mais aussi d’un style faussement négligé qui fera écho bien des années plus tard, chez Beck, Elliott Smith, et bien d’autres.

Quoi qu’ils fassent, on perçoit que le groupe a une préférence pour le « rentre-dedans », bien qu’il aurait intérêt à tenter des expériences plus acoustiques où l’on pourrait mieux apprécier la grande qualité des textes, chose rare dans le grunge.

« Every Good Boy Deserves Fudge » était le deuxième album du groupe dirigé par Mark Arm (de son vrai nom McLaughlin), chanteur et guitariste rythmique et co-fondé avec le guitariste lead Steve Turner. Le bassiste Matt Lurkin (ex-Misfits) et le batteur Dan Peters – qui joue souvent avec des balais! – formaient la version originale de Mudhoney. Un certain Kurt Cobain avait listé leur tout premier opus « Superfuzz Bigmuff » parmi les albums qui avaient défini le son de Nirvana.

Le titre « Every Good Boy Deserves Fudge » provient d’un truc mémotechnique permettant aux jeunes apprentis musiciens de retenir le nom des notes sur les lignes de la clé de sol: mi-sol-si-ré-fa, ou, en anglais E-G-B-D-F. L’album fut réalisé par Conrad Uno, un habitué du groupe, qui travailla avec un grand nombre de bands dont Sonic Youth, Mono Men, The Smugglers et The Presidents of the United States of America.


MUDHONEY
Every Good Boy Deserves Fudge
(Sub Pop, 1991)

-Genre : grunge rock
-Dans la même veine que Nirvana, Dinosaur Jr, The Melvins et les Meat Puppets

Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers le channel Youtube du label Sub Pop

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.