Retour sur les concerts de samedi, à Osheaga 2014!

Bien que la plage horaire du duo électro québécois Beat Market était assez ingrate (13h30… c’est pas sérieux?!), il a offert une performance des plus énergiques. Plusieurs centaines de personnes s’étaient finalement ramassées à la scène du Piknic Électronique pour danser, malgré la chaleur accablante de ce samedi après-midi. Les gars de Beat Market jouent le sourire aux lèvres, passionnés, et interagissent avec la foule plus d’une fois dans leur prestation. Toujours un plaisir de les voir et revoir.

Beat Market (photo Eva Blue, Osheaga)

Beat Market (photo Eva Blue, Osheaga)

Against Me! fait dans la plus pure tradition punk-rock et la performance était à cette image: rough, raw, solide et presque brutale. Les gars (et la fille, maintenant) ont donné tout ce qu’ils avaient et la foule semblait plus que comblée.

AGAINST ME! (photo Pat Beaudy, Osheaga)

AGAINST ME! (photo Pat Beaudy, Osheaga)

Reuben and the Dark est ce genre de groupe qu’on décide d’aller voir par hasard, dans un temps mort de festival, et duquel on tombe amoureux. Mi-folk mi-rock, le groupe de Calgary s’est produit sur la scène de la Vallée, parfaite pour mettre en valeur ses envolées d’harmonies vocales.

REUBEN AND THE DARK (photo: Pierre Bourgault, Osheaga)

REUBEN AND THE DARK (photo: Pierre Bourgault, Osheaga)

J’avoue avoir trouvé le set de Four Tet un peu mou, après une première demi-heure pourtant très bien commencée. Mais rien à voir avec Jon Hopkins, qui nous en a mis plein la vue. Mixant et remixant ses chansons live, le jeune homme est tellement dedans, intense, qu’il suait à “gosser” avec ses pitons. J’ai dansé bien exactement les 60 minutes, sans pause!

 

JON HOPKINS (photo Eva Blue, Osheaga)

JON HOPKINS (photo Eva Blue, Osheaga)

 

Suivez nos articles sur Osheaga ici.

Tout plein de super photos des bands, mais aussi des gens, ici.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nadine Mathurin
Blogueuse - RREVERB
Google+

Depuis qu’elle a vécu son premier mosh-pit au Edgefest 97 à l’âge de 14 ans, Nadine n’a jamais cessé d’agrandir et d’approfondir sa culture musicale. Fervente passionnée d’indie rock, elle parcourt souvent plusieurs centaines de kilomètres pour voir LE band en spectacle. Bien qu’elle soit toujours à la recherche des dernières nouveautés musicales, il ne lui est pas rare de remettre un bon vieux classique sur sa table tournante le dimanche après-midi. C’est peut-être pourquoi, ironiquement ou sérieusement, Nadine porte fièrement un coat Sgt. Pepper sur sa photo de bio.