Le talentueux auteur-compositeur-interprète qu’est Philippe B. mérite une plus grande reconnaissance ! Après quelques années au sein de Gwenwed puis en tant que guitariste de Pierre Lapointe, ce sympathique gars originaire de Rouyn-Noranda produit un merveilleux second opus en ces « Variations fantômes » qui rappellent autant Fred Fortin (La ballerine) que Richard Desjardins (Hepnagogie) et parfois un peu Pierre Lapointe (Reprise et Croix de chemin) et Stephen Faulkner (Nocture 632).

On ne sait pas ce qu’ils mettent dans l’eau en Abitibi, mais ça engendre des chanteurs qui sont très près de leurs émotions (L’été), qui savent lancer des images fortes et poétiques tout en conservant un langage souvent très familier, presque commun. On a presque envie de tracer un parallèle entre l’album de Philippe B. et les romans de Stéphane Bourguignon, Stéphane Dompierre et autres Matthieu Simard dont l’écriture est à la fois réaliste et émotive.

 

Philippe B lance des phrases pleines d’images fortes comme « J’ai viré des heures à l’envers / Encore une fille de gaspillée / Encore une saison en enfer » illustrant parfaitement son désarroi devant un (autre) échec amoureux. Plusieurs de ses vers sont tout simplement savoureux, l’auditeur se retrouvant suspendu à ses mots, anticipant la suite « Depuis le soir où j’ai frappé / Mon Waterloo dans Hochelaga / Les nuages s’empilent dans ma tête / Je poursuis mon exil à Crémazie / Entre les fantômes de l’ennui et les sirènes qui m’attirent / Dans les brumes de la fête » chante-t-il dans l’épurée Nocturne 632 livrée piano-voix. Plus loin, sur la ballade folk Marie « Marie à quoi tu penses quand tu danses ?/ Ya du feu dans tes yeux, ya de l’eau dans ton dos/ Mais Marie qu’est-ce que tu caches derrière le rideau / Derrière tes taches de rousseur, backstage de ton cœur ».

Une image vaut peut-être mille mots, mais ces mots rendent mille images !

Musicalement, Philippe B varie entre la guitare sèche et le piano pour supporter sa solide voix. Oh, on n’a pas affaire à un grand chanteur « à voix », mais plutôt à un magnifique conteur dont on sent toute l’authenticité en plus du travail de recherche du mot parfait. Les arrangements sont riches et diversifiés. Quelques claviers, quelques chœurs et même un orchestre complet !…

Mais jamais trop pour ne pas ensevelir cette voix qui nous raconte de bien belles histoires. Un album et un artiste à découvrir, si ce n’est pas déjà fait.

philippe b variations fantomes

PHILIPPE B
Variations fantômes
(Bonsound, 2011)

-Genre : Folk francophone
-Dans le même trip que Pierre Lapointe (premiers albums), Carl-Éric Hudon, Monsieur Mono

Écoute et achat sur la page BandCamp de l’artiste
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

*cet article est paru initialement chez emoragei magazine

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.