(On retrouve notre reporter Nadine Mathurin pour une revue des concerts auxquels elle a assisté, au Primavera Sound Festival, à Barcelone. 1er jour ici et 2e jour .)

MAC DEMARCO

Les Denis Drolet de la musique? Tous les musiciens font des jokes au micro, ils invitent Anthony Kiedis sur scène alors que c’est un pur inconnu qui se fait passer pour le chanteur des Red Hot Chili Peppers, sortant aussitôt de scène après avoir salué la foule.

J’ai trouvé ça très bon et drôle. Cela dit, on m’en avait tellement parlé comme d’un show hallucinant, que j’ai été légèrement déçue parce que je m’attendais à plus.
Et ça me fait surtout penser à ça: peut-on se permettre de faire autant de jokes entre les tounes alors qu’on a un set de seulement 50 minutes? Je me pose la question.

TORI AMOS

Set-up: un clavier, un piano à queue pis une voix aussi profonde que forte. Non, Tori Amos en show n’est pas flamboyante ou surprenante de projections: c’est sincère, senti, poignant et super touchant dans un festival où la plupart des artistes sont là pour impressionner et “shower-off”.

C’était sa première fois à Barcelone et elle a avoué être nerveuse: la foule l’a applaudi chaleureusement pour lui exprimer à quel point elle était la bienvenue.
J’avoue avoir pogné le motton en entendant Crucify pis penser à ma grande sœur qui écoutait ça dans le tap’s dans sa chambre. Et Cornflake Girl en finale reste ma toune, mon moment nostalgique du Primavera Sound 2015.

FOXYGEN

Ok. Ok… Ok: c’est juste inexplicable. Aucun mot ne peut décrire ce band sur scène. C’est entre la comédie musicale, le sketch de théâtre d’été pis les gros shows de stades des années 70. Les choristes font 50% de chant pis 60% de work out. Pis je sais que ça fait 110% mais c’est à peu près le niveau d’intensité de tous les musiciens sur scène. Et que dire du chanteur? Showman n’est pas assez représentatif. Ça se situe plus dans l’amuseur de foule. Mick Jagger et Iggy Pop peuvent aller se rhabiller… Pis se coucher. C’est correct, la relève est là pis fait la job en sale!

INTERPOL

Quel band. Quelles chansons. Ce genre de show durant lequel tu chantes tout le long parce qu’ils font juste “leurs hits”, avec des projections de feu pis la voix incomparable de Paul Banks. En plus, ils ont joué Untitled, qui est selon moi leur plus belle chanson. Quel moment!
Ce show est tout simplement béton. Honorez vos billets pour le spectacle en août pendant Osheaga, vous ne serez pas déçus.

THE STROKES

Ils étaient attendus. Ils se sont faits attendre.

Arrivés 12 minutes en retard, ils ont donné une performance correcte. Je les ai déjà vus plus heureux de jouer. On s’attendait à plus du headliner du festival. Les gars étaient scotchés à leur place, sans bouger, sans émotion. Julian Casablancas n’est pas le plus dynamique non plus quand il chante avec The Strokes; il semble plutôt se concentrer sur sa voix, chose qu’il réussit néanmoins très bien.

Reste que l’unique et bonne raison pour voir et aimer les spectacles des Strokes est pour entendre des bijoux de leur répertoire, danser sur Last Nite et chanter à tue-tête sur You Only Live Once.

Eh bien que je ne pensais jamais arriver là, sans comparer les chansons (ou même les styles de musique) des deux bands, on pourrait arriver à cette formule:
En show, The Voidz > The Strokes
(Lancez-moi pas des tomates!)

THEE OH SEES

Ils pètent le feu! Parfait de les programmer à 2am: c’est groovy, ça bouge, ça rocke et ils se déchaînent sur scène! Remarque spéciale au drummer avec le chandail de Minnie Mouse.

Thee Oh Sees savent entertainer une foule et l’audience n’a pas le choix de bouger à son tour. Ce fut parfait pour terminer mon festival, à l’image d’une Barcelone vivante, éclectique et qui ne dort jamais.

(Merci Nadine!!)

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nadine Mathurin
Blogueuse - RREVERB
Google+

Depuis qu’elle a vécu son premier mosh-pit au Edgefest 97 à l’âge de 14 ans, Nadine n’a jamais cessé d’agrandir et d’approfondir sa culture musicale. Fervente passionnée d’indie rock, elle parcourt souvent plusieurs centaines de kilomètres pour voir LE band en spectacle.

Bien qu’elle soit toujours à la recherche des dernières nouveautés musicales, il ne lui est pas rare de remettre un bon vieux classique sur sa table tournante le dimanche après-midi. C’est peut-être pourquoi, ironiquement ou sérieusement, Nadine porte fièrement un coat Sgt. Pepper sur sa photo de bio.