EN DIRECT DE BARCELONE

Dans le top des curiosités de l’année au Primavera Sound Festival, y a le fameux projet monté par Macaulay Culkin, qui consiste à rendre hommage au Velvet Underground par l’entremise de métaphores de pizzas (posez-moi pas de questions là-dessus, je ne saurais y répondre), The Pizza Underground. BIN ILS ONT ANNULÉ. Considéré comme mon highlight random/comique de la soirée, j’avoue avoir été très déçue de savoir qu’ils n’allaient pas jouer. Faudra que je règle ça un jour, mais en attendant, j’avais toute une soirée de festival à couvrir.

Ça fait que je suis allée voir Spoon… Passons.

Godspeed You! Black Emperor s’est payé un sale trip de deux heures de show non-stop. (Plus long que la tête d’affiche du samedi soir, NIN, qui a joué 90 minutes!) Le band avait placé un immense amplificateur en plein milieu du devant de la scène, identifiant ainsi le leader du groupe: le son. Après environ 12 minutes de pur “noise”, ils ont entamé leur première pièce qui a duré… 30 minutes. Ça a donné le ton pour tout le reste de leur set, dans lequel la plupart des pièces étaient entremêlées de bruits, distorsion et même échantillonnages de voix qui sacrent (ça m’a fait littéralement éclater de rire). Mention honorable au projectionniste, dont certains extraits vidéos que je n’avais jamais vus dans des shows précédents s’harmonisaient parfaitement avec la musique.

En voici un petit bout:

Le Primavera Sound a ce petit quelque chose que les autres grands festivals n’ont pas: une scène “unplugged”, où se produisent des groupes un peu moins connus de tous. Allô la proximité, j’étais tellement collée sur la scène que j’ai failli manger un coup de manche de contrebasse plus d’une fois! J’y ai donc découvert le charisme et l’irrésistible sens de l’humour de Nick Thornburn, leader du band montréalais Islands. Quel showman! Faisant rire la foule plus d’une fois grâce à des questions totalement random comme “What’s your favorite part of the movie Rainman?” ou en allant juste chanter parmi les spectateurs, Thornburn a vraiment charmé le public au grand complet. La performance n’a duré que 30 minutes, mais ce fut assez pour convaincre n’importe qui dans la “salle” (c’était réellement l’espace le plus restreint du festival, un genre de 10 mètres carré recouvert d’un toit) que le groupe mérite toute l’attention du monde.

ISLANDS photo: Nadine Mathurin

ISLANDS photo: Nadine Mathurin

Nine Inch Nails a fait un spectacle complètement différent de leur show livré en octobre dernier au Centre Bell à Montréal. Il y avait un peu moins d’effets de lumières spectaculaires et un choix d’ordre de chansons très audacieux, ne craignant pas de casser le ton en passant d’une pièce plus “douce” à un morceau hard industriel comme NIN le fait si bien. Vêtu d’une “jupe-culotte” (ça paraît bizarre écrit de même, mais c’était très élégant!), Trent Reznor était particulièrement en forme samedi soir, et sa voix était puissante. J’ai particulièrement aimé son jeu avec un éclairagiste mandaté à le suivre avec un spotlight, créant un effet dramatique franchement réussi sur des chansons plus intenses. En somme, Nine Inch Nails reste un incontournable en spectacle, que la foule soit conquise d’avance ou pas (pis là, elle l’était!).

J’ai terminé ma soirée avec un bonbon: Mogwai. Toujours impeccables et généreux, les musiciens du groupe ont livré un spectacle digne de leur réputation: tout en mélodie et en bruits! C’était lourd et puissant. Mogwai a enchaîné des morceaux de pas mal tous leurs albums, à la grande joie des festivaliers. Petit clin d’œil des écossais: ils avaient installé un drapeau de l’indépendance catalane sur scène, rappelant ainsi les enjeux politiques similaires entre les deux peuples.

Au final, ce festival est réellement à mettre sur votre liste si vous aimez la musique et la culture. Bien que l’organisation soit moins à point qu’un festival aux États-Unis, reste que les barcelonais sont accueillants, que le line up est toujours digne des plus grands événements mondiaux et que la bouffe est complètement incroyable (oui, même sur le site Primavera Sound, c’est délicieux!). Je recommande… Et j’ai déjà des envies d’y retourner!

photo: Legrell Magnifique

photo: Legrell Magnifique

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nadine Mathurin
Blogueuse - RREVERB
Google+

Depuis qu’elle a vécu son premier mosh-pit au Edgefest 97 à l’âge de 14 ans, Nadine n’a jamais cessé d’agrandir et d’approfondir sa culture musicale. Fervente passionnée d’indie rock, elle parcourt souvent plusieurs centaines de kilomètres pour voir LE band en spectacle.

Bien qu’elle soit toujours à la recherche des dernières nouveautés musicales, il ne lui est pas rare de remettre un bon vieux classique sur sa table tournante le dimanche après-midi. C’est peut-être pourquoi, ironiquement ou sérieusement, Nadine porte fièrement un coat Sgt. Pepper sur sa photo de bio.