On connait tous les quatre gars de Red Hot Chili Peppers. En fait, on en connait trois et ils ont un nouveau guitariste, Josh Klinghoffer, arrivé en 2009 dans la formation. Anthony Keidis, Flea et Chad Smith font partie du paysage musical depuis 1989, où leur reprise de Higher Ground (de Stevie Wonder, oui oui!) les avait mis sur la carte, en plein essor du grunge et retour du rock musclé. Ils ont quand même vendu plus de 80 millions d’albums en carrière!

Un côté punk irrévérencieux, une énergie contagieuse, et d’excellentes chansons, au fur et à mesure que les albums se succèdent. L’excellent “Blood Sugar Sex Magic” de 1991 marque une génération autant que le “Ten” de Pearl Jam et fait partie des incontournables avec les hits Give It Away, Under The Bridge, Suck My Kiss…

La maturité arrive avec “Californication”, en 1999, qui marquait le retour du guitariste John Frusciante, fraîchement désintoxiqué, dans une ambiance beaucoup plus contrôlée, des chansons plus muries, et toujours cette parfaite mise en scène de la côte ouest américaine. La musique des Red Hot sent la Californie à plein nez. Pour avoir passé du temps à San Diego dans les années où jouaient les Scar Tissue, Otherside, Road Trippin’ et Californication dans tous les bars et radios, je peux vous le dire!

 

Les revoici donc, ces trois gars, qu’on sait usés par la vie mais qui tiennent le coup. Leur nouvel opus “The Getaway” vient de paraître le 17 juin dernier et ils tournent comme dans les beaux jours: on les a vus au Festival d’Été de Québec, on les verra en finale du vendredi soir à Osheaga cette semaine. On a vu qu’ils n’avaient absolument rien perdu de leur sens de l’humour dans ce savoureux Karaoke Carpool avec James Corden, l’animateur du Late Late Show… Un bijou de clip promo humoristique! Plus de 22 millions de personnes l’ont vu.

 

“The Getaway” débute lentement. Les premiers morceaux (The Getaway, We Turn Red) ne sont pas des bombes qui font réagir à la première écoute. Il faut attendre Goodbye Angels pour vraiment vivre une (brève) explosion de funk punk. Si Keidis chante plus doucement qu’avant même lorsqu’il rappe (Sick Love), Smith et Flea sont pas mal dans leurs chaussettes. On sait très bien que ces deux musiciens-là sont capables de beaucoup plus, qu’ils sont “bien cotés” dans les fameux palmarès des meilleurs batteurs et bassistes (pour ce que ça vaut). Ni un ni l’autre n’est vraiment remarquable sur “The Getaway”. On est contents lorsqu’ils lancent un bon funk, presque disco, sur Go Robots, mais ces moments sont assez rares sur le 11e album du groupe.

 

Le ptit nouveau se débrouille bien. Sa guitare n’est jamais aussi en avant plan que celles de Frusciante. Par exemple, sur le single Dark Necessities, on a une petite intro qui rappelle vaguement Under The Bridge mais le panache n’y est pas. On ne succède pas à Frusciante et Dave Navarro sans un peu souffrir de la comparaison, mais j’imagine qu’ils l’ont aussi choisi pour sa versatilité et son habileté à jouer les hits du groupe sur scène. Il avait été leur second guitariste sur scène auparavant.

red hot chili peppers guitarist josh

Josh Klinghoffer (Photo :Hans-Peter van Velthoven)

L’album n’est pas mauvais, mais selon les standards des Red Hot Chili Peppers, la musique est plutôt molle et sans surprise, ce qui est décevant. Est-ce dû à la réalisation de Danger Mouse? C’est la première fois depuis 1989 que le groupe n’enregistre pas avec le fameux Rick Rubin…

Il reste le côté humain. Non négligeable dans l’équation. Il faut savoir que Kiedis a souffert d’une dépendance à l’héroïne pendant des années, que leur guitariste original Hillel Slovak est décédé d’une overdose, que des femmes ont été violentées et violées lors de leur prestation à Woodstock 1999, et que Flea s’est salement cassé le poignet alors que le groupe était prêt à enregistrer ses nouvelles chansons en 2014-2015. Chansons qui se sont rendues sur « The Getaway », mais qui ont aussi fait place à de nouvelles, composées en studio plus récemment.

Red Hot Chili Peppers seront les vedettes du vendredi soir 29 juillet 2016 au populaire festival Osheaga. C’est clair qu’ils vont offrir tout un concert, gonflés à bloc. Cliquez ici pour écouter les principaux bands jouant ce soir-là.

red hot getaway

RED HOT CHILI PEPPERS
The Getaway
(Warner Bros, 2016)

-Genre: rock funk

Lien vers l’écoute et l’achat en ligne sur Google Play
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du groupe

Lire tous les articles sur Osheaga ici.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.