Il y a un disque dont je m’en veux de ne pas vous avoir parlé plus tôt. C’est l’un des plus funky, des plus cool, des plus entraînants que j’ai entendu dans les 24 derniers mois.

Une voix à la Hendrix, une guitare funk à la Kravitz et de lourds riffs à la Black Keys. Ça vous donne le goût?

Voici Shane Murphy, un guitariste qu’on a surtout entendu sur les scènes blues depuis le milieu des années 90.

On sent que Murphy a du soul, n’hésite pas à utiliser la voix de tête pour sonner plus sensuel à la Marvin Gaye (Skinny Jeans), mais le gars garde ses guitares bien lourdes, fuzzées à souhait, à la Jack White. Un beau mélange qui groove sexy.

Voici un clip qui date de son album précédent, « Street Money Miracle », paru en 2009, qui sonne dans la même veine.

Sur les pièces les plus endiablées, comme I Wish I Was Drunk, c’est le rock 70s à la White Stripes, lourdement influencé par le glam rock de Thin Lizzy et Mott the Hoople. Sur les plus modernes, comme The Price of Sugar, c’est l’influence de Prince qui se fait davantage sentir. Une pièce plus minimaliste avec un solo tonitruant.

Bad Boy Yardy est un excellent funk très relax, très simple. Le genre de morceau qui sonne comme un classique des années 70 autant que d’un jam sans prétention. Pareil pour You Cant Let Go and Still Hold On qui possède un excellent rythme à la batterie, base d’une super chanson funk. Pkus loin, Sight of the Scene a une mélodie très intéressante et une ambiance très sexy à la Rick James. Seul le beatbox de mauvaise qualité et les claviers rétro gâchent un peu le résultat final. Avec de meilleurs arrangements, on a un tube à la Terence Trent d’Arby ici. Plus loin, une touche de reggae plus pur (Shango Woman), des riffs sales à la Kravitz (Dirty Work), une voix une coche plus grave que celle de Stevie Ray Vaughan (Deputy) et du très beau folk jazzé (Silk Road).

L’homme a de l’âme…

Bref, on a ici onze excellents morceaux qui jouent sur la sensualité, le funk, le rock, le soul. Un disque qui s’écoute très bien d’une traite, mais qui se mélange archi bien à un mix d’ambiance de préparation à une soirée, au milieu de titres des Black Keys, White Stripes, Bob Marley, Jimi Hendrix, Marvin Gaye, Michael Kinawuka, et même Adele, Rihanna, etc.

Essayez, vous m’en donnerez des nouvelles…

SHANE MURPHY
The Good Years (Dirty Work)
(Big Fat Truck, 2012)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lire d’autres articles sur le blues et le soul

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.