La Fédération internationale de l’industrie phonographique a annoncé dans les derniers jours que les sorties de disques se feront dorénavant les vendredis, et ce, à compter de l’été prochain (sans fixer de date précise). Cette décision uniformise ainsi les sorties, qui étaient différentes d’un pays à l’autre. Par exemple, au Canada et aux États-Unis, les nouveaux albums étaient disponibles le mardi, alors qu’en France et au Royaume-Uni, c’était le lundi. En Allemagne et en Australie, c’était plutôt le vendredi, et le mercredi pour le Japon.

Cette uniformisation était souhaitée principalement par les immenses multinationales du disque, et aidera sans doute la promotion de la musique par les médias sociaux. Un artiste international qui annonçait la sortie d’un disque devait spécifier les différentes dates de sortie en fonction des pays. Maintenant, la date de sortie sera unique. La Fédération espère de ce fait limiter les frustrations qui étaient engendrées par cette disparité.

Au Québec, les maisons de disques indépendantes n’auront pas tellement le choix de suivre la vague, et devront s’ajuster en conséquence. C’est finalement toute la chaîne, incluant détaillants et distributeurs, qui devra apporter des ajustements dans sa manière de faire.

Il faut toutefois souligner que ce changement a surtout été pensé en fonction du numérique, qui continue d’année en année à gruger les ventes des albums physiques (les ventes totales sont aussi en baisse constante). Est-ce que ce changement contribuera encore plus à accentuer cette tendance? Et est-ce que ce renouvellement permettra par ailleurs de diminuer les téléchargements illégaux? Pour reprendre un cliché, seul l’avenir nous le dira!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.