Annie Clark est devenue au fil des albums et des concerts une personnalité incontournable de l’univers rock alternatif. Elle reprend un peu le flambeau des Tori Amos, Björk et David Byrne (avec lequel elle a collaboré en 2012) et même un peu de Lady Gaga. En s’adressant aux « freaks » (comme elle appelle le public), elle va toucher la même corde sensible que la Gaga, devenant la confidente des originaux, des incompris et des rêveurs. Par contre, rien de sexuel chez St. Vincent. Son propos est plutôt tourné vers les émotions, la perception de soi – par soi et par les autres.

Voici un concert récent, à Berlin en février 2014.

Clark ne se gêne pas pour montrer sa propre excentricité en dansant comme un robot, en racontant des petites histoires un peu tordues ou inquiétantes, avec le sourire en coin.

Musicalement, St. Vincent prend du galon, de l’assurance et du panache à toutes les fois que je la vois. La tournée avec David Byrne, où elle a littéralement volé la vedette, lui a certainement donné confiance pour s’approprier de la scène autant physiquement, en bougeant beaucoup, qu’en gardant l’attention sur elle pendant un bon 90 minutes sans fléchir, sans baisse d’énergie. Même qu’elle finira en se lançant dans la foule en continuant de torturer sa guitare électrique. Elle joue de la guitare électrique avec aplomb, comme peu de filles le font. Vraiment affirmée. Vraiment excentrique. Wow.

Annie Clark a eu l’opportunité de chanter avec Nirvana lors du concert « Hall of Fame » en juin dernier. La voici chantant Lithium. « Perfect fit ».

ST. VINCENT jouait au Métropolis, le 5 juillet 2014
Dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal.

Cliquez sur l’une des photos, signées Marie-Claire Denis (Spectra), ci-dessous pour démarrer le diaporama.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.