Il n’y a que trop peu d’albums dont la musique est belle et majestueuse. Peu de musiciens prennent le temps (ou ont le talent) de bien laisser croitre l’intensité d’une chanson. Il y a Patrick Watson, Nick Cave & the Bad Seeds et, plus récemment, Elbow, qui font cet effort et réussissent ce tour de force de garder l’intérêt de l’auditeur avec une chanson de 7 minutes.

À cette courte liste doit être ajouté le nom de Thus Owls, magnifique duo composé de la chanteuse suédoise Erika Alexandersson et du guitariste montréalais Simon Angell (un des membres du groupe de Patrick Watson, d’ailleurs). Déjà leur performance au Lion d’or au lancement de leur précédent album « Harbours » avait été l’un de moments forts de l’année 2012 en musique, ils récidivent et confirment leur immense talent avec ce nouvel album, intitulé « Turning Rocks », lancé à travers le monde demain 8 avril 2014.

Le 3e opus de ce quintette (le batteur Stef Schneider, le claviériste Parker Shperet le bassiste Martin Höper s’ajoutent au couple) débute de façon magistrale avec une chanson divine, As Long As We Try A Little, porté d’un bout à l’autre par la voix d’Erika, pratiquement en solo. Thus Owls varie ensuite l’ambiance et le style avec des morceaux plus rythmés, avant de replonger dans une autre épique pièce: A Windful of Screams, qui transporte dans un autre univers, dès les premières secondes. Il y a quelques similitudes avec Florence + the Machine dans la façon qu’ont Thus Owls de créer de grandioses moments dans leur musique, ainsi que dans l’effet mystique qui apparait ici et là. Angell et Angell virent par contre un peu plus vers l’indie rock obscur et dense que le folk orchestral que la grande Écossaise rousse vise.

Voici quelques-unes des pirèces de Thus Owls, à commencer par le magnifique clip de la chanson How In My Bones, premier extrait de l’album “Turning Rocks”.

« Turning Rocks » est un autre grand album qui va renforcer cette excellente réputation qu’a gagnée Montréal en tant qu’incubateur de talents musicaux depuis 10 ans. Thus Owls devient maintenant un incontournable dans cette liste qui comporte aussi les noms des respectés Arcade Fire, Patrick Watson, tUnE-yArDs, Malajube, Karkwa, Rufus Wainwright, Plants & Animals, We Are Wolves, Besnard Lakes et bientôt Black Atlass et Jef Barbara.

Thus-Owls_Turning-Rocks_cover

THUS OWLS
Turning Rocks
(Secret City, 2014)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Suivez Thus Owls sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.