Tom Diabo est un drôle de numéro. Son rock lofi est étrange, mais cool, épuré, mais utilisant des sons d’une époque révolue. Son album « Dark Star » contient 17 petites chansons de 2 ou 3 minutes chacune. C’est une réédition sortira le 28 avril prochain, regroupant des enregistrements datant de 1980 à 1985. Toutes ses chansons sont uniques, mais toutes assez uniformes dans leur originalité.

Je m’explique. Son oeuvre est originale, mais chacun des morceaux ressemble aux précédents. « Dark Star » pourrait vraiment passer pour le soundtrack idéal d’une friperie sur St-Laurent, ou d’un bar à la sono défoncée. L’opacité des sons sur des morceaux comme Suspicious ou Nothing Is Real, fait qu’on a l’impression que ce disque est sorti en 1966. Si ce n’était du beatbox « cacane » made in the 80s qui a dû être rescapé d’un marché aux puces, on pourrait penser que l’oeuvre de Tom Diabo précède celles de Johnny Cash (Alone on the Top) et de Gary Numan. Sur Back to The Hearts, c’est l’ancêtre d’un riff de T. Rex qu’on entend, sursaturé de disto. Irréel!

Ce qui est le plus remarquable est que l’on y découvre des petits bijoux à travers toute cette distorsion et ce « lofi-ism ». La ligne de guitare (qui sonne comme si c’était un modèle du catalogue Sears) sur The End of the Line est parfaite! Les claviers rétro cheap sont cool sur Life is No Fun, et les guitares country slang de Son of Thunder lui confèrent un angle mystérieux à la Sister of Mercy. Le musicien allemand sonne un peu comme un Iggy Pop créant ses démos sur un tape à cassette dans sa chambre en 1981. Voyez le genre?

D’autres moments sont moins réussis, et c’est souvent directement lié à la qualité musicale. La mélodie (ou absence de) sur Heaven est sans intérêt. Diabo ne chante pas super bien sur Dead End Street. Ce sont des moments moins intéressants.

Tom Diabo est né à Wuppertal et est décédé en février 1988 alors qu’il n’avait que 30 ans, fauché par le cancer. On l’avait entendu au sein des groupes Western Force et X 112 For Dancing, et avait créé des mix sur cassettes fort populaires : la série « Talfahrt ». « Dark Star » est l’album posthume qui a été créé avec les démos retrouvés chez lui.

Au final, c’est un album complètement contextuel. Ca peut être super cool pour l’ambiance que Tom Diabo amène dans le bon contexte (friperie…) mais un peu ronflant à la longue. Ceci dit, je ne changerais pas une note ni ne réenregistrerait pas pour rien au monde ces chansons. Elles sont « parfaites » ainsi, dans ce moule complètement unique, aux abords rugueux et hors du temps.

tom diabo dark star

TOM DIABO
Dark Star
(Pigture Disc, 1988, re-issue Body Double Records 2015)

-Genre: démos de garage rock lofi
-Dans le même genre que The Cramps, Gary Numan, Devo

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.