Les albums de Tom Petty se font rares! Celui qui est devenu, au fil des ans, l’un des rockeurs symboliques de l’Amérique, n’a publié que trois disques dans les 12 dernières années. Plus rares encore sont ses présences à Montréal: sa seule visite datant de 1981, bien avant la célébrité. Son concert au Centre Bell, le 28 août prochain est fort attendu!

En 1981, Petty et ses Heartbreakers (la même bande depuis les débuts) faisaient du rock plus « sale » que le folk pop qui l’a rendu célèbre dans les années 1987-89. Les American Girl, Don’t Do Me Like That, Refugee, The Waiting et autres rockaient davantage que les excellentes Free Fallin’, I Wont Back Down, Learning to Fly et You Dont Know How it Feels, pour ne nommer que celles-là. Et c’est vers un rock plus brut et énergique que le Floridien nous ramène avec « Hypnotic Eye ». Les guitares électriques de Mike Campbell et de Petty ont remplacé les acoustiques, et la réalisation, signée des deux guitaristes avec Ryan Ulyate amène une saveur rock que ce que Jeff Lynne proposait à une autre époque.

Cette entrevue par Jian Ghomeshi, de The National (CBC) datant du 25 juillet dernier relate le parcours du Floridien, aujourd’hui âgé de 63 ans.

 

Et, honnêtement, pour des gars qui approchent tous la soixantaine, c’est réussi! Jamais ils ne sonnent vieillots ni dépassés. « Hypnotic Eye » ne regorge peut-être pas de hits évidents comme « Full Moon Fever », mais plusieurs titres sont de très bonne qualité. Full Grown Boy est livrée sur un rythme jazzé, alors que d’autres se basent sur de solides riffs, comme à l’époque de Jammin’ Me, de l’album « Let Me Up (I’ve Had Enough). All You Can Carry et American Dream Part Two sont de ce moule.

Voici quelques extraits de l’album.

 

Et cette voix… Puissante, nasillarde, unique, décomplexée… On la reconnaîtrait d’entre mille. Elle perce l’air. La voix de Petty rend ses paroles plus mordantes, le garde éternellement ado “baveux” qui te lance sa vérité en face sans détour (Forgotten Man).

tompetty2014

Rien de très original, vous me direz, et j’en conviens, mais réussir du rock “américain” sans qu’il ne soit ni trop macho (à la Bon Jovi), ni trop patriote (à la John Mellencamp), ni trop énigmatique (comme les récents Bruce Springsteen) n’est pas donné à tout le monde. La liste des rockeurs du calibre de Petty qui continuent à pondre de la bonne musique sans se complaire des succès passés est plutôt courte. Tom Petty a par ailleurs participé à l’hommage à JJ Cale – un autre “vrai” – qu’Eric Clapton a mis sur pied au lendemain du décès du légendaire guitariste et lancé une semaine avant l’opus dont on parle ici.

Au final, on n’a pas ici l’album du siècle, mais dans la discographie déjà bien garnie de Tom Petty, on le place dans le premier tiers, pour sa profondeur, sa pertinence (même après 38 ans de carrière). Les (nombreux) fans vont très certainement apprécier ce 13e album de matériel original.

On termine avec une playlist des plus grands succès de Tom Petty and The Heartbreakers en prévision de son concert du 28 août au Centre Bell.

Tom Petty Hypnotic Eye

TOM PETTY & THE HEARTBREAKERS
Hypnotic Eye
(Reprise, 2014)

-Genre: rock américain
-Dans la même veine que Wilco, Bob Dylan, Neil Young

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

 

TOM PETTY revient au rock mordant des débuts
Originalité70%
Authenticité90%
Accessibilité85%
Direction artistique85%
Qualité musicale80%
Textes85%
83%Overall Score
Reader Rating: (1 Vote)
80%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.