Ça prend quelques écoutes pour se faire l’oreille et digérer la musique de Tricia Foster, dont le nouvel album “Négligée” est en grande partie chanté en français.

Je pourrais catégoriser son style musical dans le rock indépendant (art-rock, comme on dit dans le jargon) qui mélange des éléments d’industriel, de trip hop et de jazz mais ca vous donnera une meilleure idée si j’utilise des mots comme “original”, “différent”, “unique”.

Vous aurez une bien meilleure idée si vous écoutez et regardez cet extrait (ok, le clip est pas mal amateur, mais écoutez la musique):

 

Personnellement, j’ai trouvé intéressantes les trois premières pièces de ce premier opus, mais c’est la 4e, Leaves (une des rares en anglais), qui m’a le plus plu, avec ses airs de Betty Bonifassi et de dark jazz. Discrets au début, les cuivres viennent enrichir la finale de façon magistrale. Les morceaux suivants sont – on dirait – une coche supérieurs aux premiers (à moins que ce soit parce que mes oreilles se sont habituées au style particulier de Tricia Foster?).

 

Les éléments de bruits concrets et d’instruments sursaturés de distorsion sont captivants (Ballon) comme si les gars d’Einsterzüne Neübaten étaient débarqués chez Foster pour la convaincre que ses poèmes intimes y gagneraient au change. Et ils auraient eu raison! C’est en fait Olivier Fairfield, réalisateur et co-auteur de plusieurs des titres, que l’on peut remercier pour les arrangements riches et originaux de cet album.

Sur Caught in the Middle, c’est un mélange de Beast et des Eurythmics qu’on nous présente alors que sur Caroussel, c’est le rythme trip hop qui captive dès le départ. Sur les pièces plus épurées, comme Ummm, on est en mesure d’apprécier le timbre naturel de la voix de cette artiste originaire du nord de l’Ontario. Pas nécessairement une grande chanteuse au sens classique du terme mais on s’en fout: Tricia Foster connaît ses forces et ses limites et sait bien maximiser et habiter son territoire.

tricia foster 2013

Son premier album, “Tricia 412”, paru en 2004, révélait une jeune femme contestataire et rebelle, profondément en désaccord avec certains engrenages sociaux. En 2008, elle remet ça avec “Commerciale”, album dans lequel elle dénonce le ridicule de l’industrie musicale tout en se dévoilant davantage son côté sensible.

“Négligée” est son 3e opus. On constate que cette fille aime bien changer de look, étant donné les photos publiées sur son site, signées Jamie Janx Johnson.

TRICIA FOSTER
Négligée
(indépendant, 2012)

-Genre: rock pop alternatif
-Dans le même esprit qu’Elsiane, Micoe

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.