Le méga festival historique de Woodstock est un des hauts moments de l’ère hippie américaine, un grand moment de fraternité humaine. En pleine guerre du Viêt Nam, plusieurs centaines de milliers de jeunes (et moins jeunes) se rencontrent près de Bethel, dans l’état de New York (parce que le proprio du champ de Woodstock s’était dégonflé à la dernière minute) pour écouter les grands musiciens pop et rock de l’heure.

Beaucoup d’artistes, comme Joe Cocker, Canned Heat, Santana, Ten Years After, Ritchie Havens (qui y joua plus de 3 heures!) et Crosby Stills Nash & Young (dont c’était l’un des tout premiers concerts), profitèrent énormément de la visibilité et du succès du festival pour (re)lancer leur carrière. Encore aujourd’hui, presque 50 ans plus tard, les performances de plusieurs artistes, comme celle de Jimi Hendrix, demeurent légendaires.

Sous la pluie, dans la boue, Woodstock fut déclaré « zone sinistrée » et dû nécessiter l’aide de l’armée pour nourrir tout ce beau monde. Humainement, l’évènement est historique. La jeunesse prouvait qu’elle pouvait se réunir sans pépin majeur ou bordel incontrôlable, bien que toutes sortes de drogues circulaient bien librement.

 

Musicalement, on retrouve sur ces bandes plus de bons moments (le boogie incroyable d’I’m Going Home de Ten Years After et le célèbre hymne américain démonté par Hendrix) que de moins bons (dont un medley par Sly & the Family Stone et une Joan Baez, qui n’en finit plus). C’est carrément un album triple qui fut lancé en mai 1970 (alors que l’événement avait eu lieu du 15 au 18 août de l’année précédente – soit il y a 46 ans aujourd’hui!), suivi par un second album « Woodstock 2 », lancé en 1971.

Ce dernier – double cette fois – inclut des artistes présents au festival, mais absents du premier album triple, comme Melanie, Jefferson Airplaine et Mountain, en plus de nouveaux extraits par CSN&Y, Joan Baez, John Sebastian, Jimi Hendrix (alors décédé) et Canned Heat. Insatisfaite de sa performance, Janis Joplin refusa qu’elle y figure.

Voici un documentaire sur le festival.

 

 

Faut voir le film, si vous n’y étiez pas. Un grand classique de la culture hippie américaine.

WOODSTOCK Music from the Original Soundtrack and More
Enregistré par Eddie Kramer
(Cotillion/Atlantic Records, 1970)

Avec : John B. Sebastian, Canned Heat, Ritchie Havens, Country Joe & The Fish, Joan Baez, Crosby, Stills, Nash & Young, The Who, Joe Cocker, Santana, Jefferson Airplane, Ten Years After, Butterfield Blues Band, Sly & the Family Stone et Jimi Hendrix

Lien vers la page Facebook de Woodstock où l’on peut partager ses souvenirs

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.