Flashback à l’automne 2012. Pendant qu’Adele prend le temps de s’occuper de son jeune bébé, une fabuleuse chanteuse mérite votre attention : l’Américaine ZZ Ward a une voix tout aussi puissante que l’Anglaise, jouant une carte un peu plus moderne qu’Adele. Vous aimerez, c’est presque garanti!

Rassurez-vous, ZZ Ward n’a rien à avoir avec les barbus de ZZ Top. Il s’agit plutôt d’une chanteuse soul dans la lignée directe des adeptes des descendantes d’Aretha Franklin comme Adele et Amy Winehouse le sont (ou l’ont été). Si ces deux dernières jouent (ou jouait, dans le cas de la défunte Londonienne) très bien la carte rétro autant par la voix que la musique, ZZ Ward prend un angle résolument moderne avec certains éléments hip-hop en arrière-plan dans ses arrangements, tout en prenant bien soin de ses influences Motown et blues. Une pièce comme Blue Eyes Blind fait exactement ça: rythme archi moderne, choristes archi rétro. La jonction parfaite des deux univers, du passé avec le présent.

ZZ Ward combine énergie avec une part de mystère, une part de blues inquiétant. Pourtant, elle demeure accessible, directe.

 

Cette fille n’a pas l’air extrêmement à l’aise devant la caméra… ce qui me laisse croire qu’elle plus musicienne que poseuse. Ce serait une excellente nouvelle à long terme. Elle n’a pas l’air de jouer la carte “sexy” non plus Halleluja! On a assez de Rihannas et de Lana Del Reys pour ce jeu-là. Pas surprenant qu’on l’ait remarquée à Austin l’hiver dernier lors de la tenue du prestigieux SXSW.

Lorsque plus intime, comme sur la belle Home, elle s’approprie sans complexe le folk soul à la Michael Kinawuka ou Jack Johnson pour livrer le fond de son cœur avec passion et énergie sans pour autant déborder dans la guimauve. La voix légèrement rauque lorsqu’elle pousse la note, cette fille a tout un talent. Elle va encore plus loin sur Crying Wolf avec une (trop brève) intro obscure, presque à la Tom Waits. Menée avec doigté et bon goût, sa carrière pourrait avoir le panache de celle d’Adele.

ZZ Ward est née en Pennsyvlannie mais a grandi en Orgeon, dans une toute petite ville nommée Roseburg. Son père lui a fait découvrir le blues, son frère le hip-hop. Elle joue de plusieurs instruments (guitare, piano, voix). Pourquoi l’appelle-t-on ZZ? Parce que Zsuzsanna Eva Ward (son véritable nom), ça ne fait pas trop cool comme rock star!

« Til The Casket Drops » est un excellent album où toutes les chansons sont solides, entraînantes, originalement arrangées, jamais quétaines, jamais exagérément formatées « commercial ». C’est accessible, et c’est bon! C’est certain qu’une fille qui cite Big Mama Thornton, Robert Johnson, Etta James, Lauryn Hill et Jack White parmi ses influences principales ne peut pas se tromper…

Une très très belle surprise! Je l’écoute en boucle depuis plusieurs jours!

zz-ward-tilthecasketdrops

ZZ WARD
Til The Casket Drops
(Universal, 2012)
Lien vers achat en ligne (iTunes)
Devenez fan de ZZ Ward sur Facebook

ZZ WARD: du caractère à revendre
Originalité80%
Authenticité90%
Accessibilité85%
Direction artistique85%
Qualité musicale95%
Textes85%
87%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.