Le groupe anglais Alt-J a causé une commotion en 2012 avec leur album « An Awesome Wave » dont la dose d’expérimentation colorait leur folk emo touchant d’une façon unique. Original tout en demeurant touchant. Alt-J remportait le prestigieux prix Mercury du meilleur album anglais pour ses qualités artistiques (l’équivalent du Polaris, au Canada). Leur second album, enregistré sans le guitariste Gwil Sainsbury, est dans le même moule.

C’est même encore plus dans le style des défunts The Books (Bloodflood, Part II) qu’avant. Les trois musiciens de Leeds travaillent bien les harmonies vocales, et les envolées savamment orchestrées, un peu comme Woodkid le fait aussi. Le ton demeure aussi confidentiel que sur le premier album adoré (Choice Kingdome) avec peut-être une touche qui rappelle Sigur Rós tellement Alt-J devient ambiant et aérien par moment. D’habiles percussions sont laissées au loin.

La réalisation, signée Charlie Andrew (le collaborateur des débuts), est carrément magistrale: c’est un délice de découvrir les perles cachées à la sixième écoute. Parce que « This Is All Yours » est ce genre d’album qu’on aime bien à la première écoute puis qu’on adore lorsqu’on tombe dans le bon état d’esprit pour bien décoller, dans les mêmes dispositions. C’est effectivement après plusieurs écoutes qu’on découvre les couches inférieures et toute la profondeur de la musique d’Alt-J (The Gospel of John Hurt).

Le chant est magnifique tout au long de cet album. La voix de Joe Newman est magique sur Nara; il prend une tout autre voix que celle, nasillarde, qu’on entend souvent dans le répertoire d’Alt-J. Et, cadeau autant pour eux que pour nous, on invite la toujours excellente Feist sur Warm Foothills, une très jolie et simple chanson, encore une fois dans le moule des titres les plus doux de Sigur Rós.

L’histoire d’Alt-J débute en 2007 alors que Newman et Sainsbury sont étudiants à l’Université de Leeds. Ils partagent leurs compositions et se mettent à les enregistrer avec le logiciel Garage Band. Comme ils résident à l’université, ils ne peuvent faire du bruit (d’où l’absence de basse et de batterie sur les premiers enregistrements). Suite à leurs succès de 2013, ils jouèrent dans tous les grands festivals de la planète, de Lollapalooza à Coachella, Sasquatch, Bilbao, Glastonbury et Osheaga.

Vraiment, on a là un autre très bon album de la part d’Alt-J, que je vous recommande que vous ayez adoré le premier ou que vous ne les connaissiez pas ni d’Ève ni d’Adam.

alt-j-this-is-all-yours

ALT-J
This Is All Yours
(Infectious, 2014)

-Genre: indie pop touchante et originale
-Dans le même genre que Sigur Rós, The Books

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers le channel YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.