Anna Aaron est une intense musicienne qui lance tous ses atouts d’un coup pour créer une musique dense.

Dès Stellarling, c’est autant les chœurs que la harpe qui sont bien présents, alors que Girl, la pièce suivante, combine guitares sèches, tambours martelant chaque temps, virant brusquement sur un dix cennes sur un bloc avec guitares électriques, tout aussi intense. Anna Aaron insère autant des éléments électroniques que du piano harmonieux (sur la très belle pièce intitulée Linda) dans ses morceaux, souvent les deux en même temps. Ça donne une musique aussi imposante que celle de Florence + the Machine avec un effet intriguant dans la voix, à la Tori Amos.

Voici quelques clips de l’artiste. Attention aux âmes chastes qui ne tolèrent pas la nudité : certains clips (comme Linda et Sea Monsters) contiennent de la nudité féminine.

 

Les choses se calment vers le dernier tiers de l’album où des chansons plus posées comme Off ou Sutekina reposent l’esprit. Pas moins belles, au contraire, mais moins intenses et moins originales.

Anna Aaron, ou Cécile Meyer de son vrai nom, est née à Bâle en Suisse en 1985. Après avoir étudié la musique et la philosophie en Allemagne, elle se promène en Angleterre, Asie et Nouvelle-Zélande avec son premier album, « Dogs in Spirit », paru en 2011. Elle a interprété les trois titres vocaux du dernier album d’Erik Truffaz,  “El Tiempo de la Revolución” paru sur la légendaire étiquette Blue Note, en 2012.

anna-aaron-neuro

ANNA AARON
Neuro
(Two Gentlemen, 2014)

-Genre: alternatif intense
-Dans le même genre que Bat For Lashes, Lykke Li, Blonde Redhead, Tori Amos

Lien vers l’achat en ligne (son site officiel)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.