Inutile de résister. N’essayez même pas. Succombez plutôt sans retenue au soul sensuel de cette nouvelle chanteuse nommée Audrey Emery.

La jeune femme vient de lancer un mini album de 5 titres intitulé « La couleur des jours » qui va vous faire swinger des hanches avec sensualité. La pièce La maison chez mon père est d’un lounge cool qui rappelle les meilleurs moments de Vanessa Daou (en moins érotique).

 

La voix d’Audrey Emery est un régal. Souple, généreuse, solide, affirmée, remplie d’une âme tangible et de séduction « classy ». Jamais aguichante dans sa sensualité, Audrey Emery joue plus sur le terrain de Sade (en moins jazz) ou Morcheeba (en moins groove) comme on peut l’entendre sur Puis, tu danses.

On entend une pièce plus lente et triste dans cet extrait de film mettant en vedette Emmanuel Bilodeau, mais cette chanson n’est pas représentative du mini album.

 

Son album était lancé le 28 janvier 2014 au Verre Bouteille, 2112, avenue du Mont-Royal (angle Parthenais). Elle y chanta quelques-uns de ses nouveaux morceaux.

En 2015, Audrey Emery a passé six mois en Chine où elle a pu interpréter ses chansons. Gageons que l’expérience aura été inspirante et influencera son travail.

Un excellent départ.

AUDREY EMERY
La couleur des jours
(indépendant, 2014)

Suivez Audrey Emery sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.