La chanteuse du groupe, Deborah Harry a bien plus que ça, mais le groupe Blondie célèbre ses 40 ans avec la compilation « Blondie 4(0) ever », comprenant 11 chansons, toutes celles qui ont rendu célèbre la blonde chanteuse, ainsi qu’un nouvel album, un DVD et des photos.

La belle Debbie Harry a jadis été classée « femme parfaite » (voir les photos ici), non seulement pour sa beauté plastique indéniable, mais parce qu’en plus Harry était doté d’un fort caractère et d’une intelligence qui ont vite démontré qu’elle ne serait pas qu’une pin-up disco comme les apparences pouvaient le laisser présager.

Je n’ai jamais été à l’aise avec le classement « punk » que certains journalistes ou historiens du rock font de Blondie (ou des Stranglers), qui était d’après moi beaucoup plus un groupe pop assez versatile, pouvant toucher avec autant de succès au disco (la géniale Heart of Glass, classique parmi les classiques, et la dynamique Call Me), qu’au rock’n’roll d’inspiration 50s (Sunday Girl), qu’au rap (Rapture, l’une des toutes premières chansons à contenir ce style parlé), qu’au reggae (la plus légère The Tide is High) et au rock avec guitares (la punchée One Way or Another, ou encore Hagning on the Telephone). Bel éventail de styles, beaucoup de succès.

On en écoute quelques-unes ici :

Sur scène, Blondie aura peut-être été plus « wild » que sur disque. À en voir certaines photos, notamment dans le numéro de mai du magazine MOJO qui leur est consacré, la fille ne laissait pas sa place et donnait tout un show. Harry et ses musiciens frayaient autant avec les Ramones qu’Andy Warhol, refusant le rôle de pop star pour ado qu’ils auraient aussi pu épouser étant donné leur succès planétaire à la fin des années 70 et début des années 80.

Blondie aura surtout été le précurseur des groupes et artistes pop extrêmement populaires des années 80 tels Cyndi Lauper, The Cars, The Pretenders (le hit Maria de Blondie s’approche d’ailleurs beaucoup de Chrissie Hynde!) ou Pat Benatar qui connurent leur lot de succès avec de la musique de qualité. En tant que femme menant un groupe rock, qui savait utiliser sa beauté pour arriver à ses fins, Debbie Harry a certainement été une influence majeure pour les Madonna de ce monde.

UN NOUVEL ALBUM ASSEZ ORDINAIRE

Aux côtés de tous ces grands succès remasterisés, Blondie lance un nouvel album « Ghosts of Download », leur 10e œuvre, et 4e depuis leur reformation en 1999. On se rappelle que Blondie a été inactif entre 1982 et 1999. Durant cette période, Debbie Harry a lancé avec plus ou moins de succès cinq albums dn solo ainsi qu’une carrière d’actrice assez prolifique en seconds rôles.

Sur ce nouvel album, la pop de Blondie est devenue un peu anonyme, la voix de la belle ressemblant beaucoup à celle de Lady Gaga sur A Rose By Any Name (s’en est troublant!). Plusieurs titres sont décevants et ordinaires (I Want To Drag You Around). À la limite, le reggae avec accordéon I Screwed Up est sympathique, sans plus. Une étonnante reprise de Relax, normalement voulue stressante par Frankie Goes To Hollywood, est vraiment bizarre dans une version piano/voix. Pas certain que ça donne de bons résultats. Blondie sonne, malheureusement, comme un vieux band qui essaye en vain de faire du neuf.

Bref, on comprend peut-être un peu mieux pourquoi ce « Ghosts of Download » a été lancé conjointement avec cette énième compilation… Les 2 CDs sont accompagnés d’un DVD montrant le concert de Blondie au fameux club CBGB de New York datant de 1977 (avant la gloire) et d’un livret de 28 pages contenant entre autres cinq photos exclusives prises par le guitariste du groupe Chris Stein.

 

blondie-40-ever-greatest-hits-deluxe blondie-ghosts-of-download

BLONDIE
4(0)-Ever: Greatest Hits Delux Redux / Ghost of Download
(Noble, 2014)

-Genre: pop
-Dans la même veine que Cyndi Lauper, The Cars, The Pretenders, Pat Benatar

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.