Zeitgeist /ˈʦaɪ̯tɡaɪ̯st/ masculin : Esprit du temps, ambiance intellectuelle et spirituelle d’une époque.

Avant de commencer votre lecture, prenez une seconde pour démarrer cette liste YouTube. Cliquez sur PLAY ALL pour démarrer la séquence continue.

Mon intention de départ est ici de vous parler d’un album de Bran Van 3000 qui est pour moi une véritable perle rare. Ce n’est certes pas un album inconnu, mais j’ai parfois l’impression, sept ans (déjà!) après sa parution, que c’est peut-être un des albums les plus sous-estimés des dernières années. Un auteur plus dramatique aurait écrit «du 21e siècle», mais on va se garder une petite gêne.

Or, le problème auquel j’ai fait face en entreprenant la rédaction de ce billet, c’est que bien que je crois fermement que «Rosé» est le magnum opus de James di Salvio et sa bande de joyeux — et Ô! combien créatifs — drilles, il n’en demeure pas moins difficile de faire cette affirmation tant toute leur production est, à mon humble avis, dans une catégorie à part.

C’est pourquoi j’ai débuté cet article avec la définition du concept philosophique de zeitgeist, car au-delà de toute considération esthétique, c’est précisément parce que James di Salvio incarne parfaitement le zeitgeist de notre époque que j’admire son travail créatif. À ce chapitre, je crois que la pièce Sex, Love & Peace, sur «Rosé», est sans doute la meilleure illustration de ce zeitgeist; un véritable voyage au coeur du cerveau de ce génie musical.

Mais puisqu’il le faut, je réaffirme donc que «Rosé» est sans conteste son meilleur travail à ce jour.

BranVan3000_2008_Montreal

«Glee» était génial parce que c’était, à peu d’exceptions près, quelque chose d’unique et de totalement nouveau comme trip musical. «Discosis» était une orgie de surproduction — au bon sens du terme! — rendue possible par l’accès illimité au rolodex de Grand Royal, le défunt label des Beastie Boys, qu’on avait accordé à BV3K, et «The Garden», bien que je le considère comme un album magnifique, était à mon avis une oeuvre de transition, et on ne saura qu’avec le prochain album dans quelle direction cette transition se dirige, en plus d’être immensément personnel et cathartique pour di Salvio.

Quant à «Rosé», je sais que c’est parfois mal vu de s’autociter, mais je vais le faire sans vergogne en citant un passage de ma critique de cet album publié sur Canoë à l’époque de sa sortie:

«James DiSalvio est d’abord et avant tout un DJ, un maniaque de musique, et ce qu’il a toujours fait sur les albums de Bran Van 3000 et ses autres productions, c’est rendre hommage à toutes les tounes qu’il a aimées, et rendre hommage c’est presque un euphémisme: il leur fait l’amour, avec un respect infini… et juste ce qu’il faut de perversion!» (source: Canoe)

Voilà, c’est dit… Je crois toujours que seul un DJ peut, de nos jours, incarner le zeitgeist avec autant de génie. Je ne dis pas que di Salvio soit le seul qui l’incarne, loin de là, mais ils sont rares ceux qui le font aussi bien! 

À la limite, ça frise presque le défaut, car il faut une connaissance générale de la musique quasiment aussi approfondie que la sienne pour arriver à apprécier son travail de collage, de citation, d’échantillonnage et de composition. 

Je ne peux pas affirmer ce qui suit avec 100% d’assurance, mais j’oserais dire que toutes les pièces de BV3K (OK, disons 95% d’entre-elles) contiennent au moins une citation, et par citation, dans le contexte d’une pièce musicale, j’entends une référence de quelques notes d’une autre pièce, mais rejouées, donc dans cette zone grise entre un «cover» et un «sampling». Et qui plus est, leurs citations ne sont pas toujours musicales, elles se situent souvent dans les paroles, également! 

En clair, le zeitgeist de di Salvio, c’est d’être un DJ qui crée des mashups «live» avec un groupe de musiciens plutôt qu’avec une boîte pleine de vinyles. Ce n’est pas rien!

Et remarquez bien que je dis «au moins une», car dans la majorité des cas, c’est bien plus d’une citation que l’on retrouve dans les compositions de BV3K. Le site spécialisé dans ce genre de recensement, whosampled.com, en dénombre une trentaine, et la liste est loin d’être exhaustive!

Bref, «Rosé» est pour moi et demeurera toujours un classique, un moment unique que l’on peut savourer encore et encore. Sept ans plus tard, il n’a pas pris une seule ride et il est même, je le dis sans gêne, encore meilleur qu’à sa sortie. Non, pas comme le cliché du bon vin qui se bonifie avec le temps, mais encore meilleur, car il était en avance sur son temps et semble encore plus pertinent aujourd’hui qu’en 2007.

«Rosé» était en avance sur son temps, et il le sera probablement éternellement…

 

Les pièces marquantes de «Rosé» selon Monsieur Seb:

Call Me (I’ll be Around), House Lights, Feline Fantasy, Sea Of Life, Forever, Tony Roman, Sex Love And Peace, I Won’t Lie Anymore, Our Haze

 

MI0001956812 

 

 

 

 

 

BRAN VAN 3000
Rosé
(Remstar, 2007)

-Genre: Pop/rock/hip hop/électro déjanté et expérimental, mashup culturel
-Pour amateurs de Beck, Misteur Valaire, et de toute la bonne musique des 50 dernières années!

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de Bran Van 3000 et vers celle de James di Salvio

 

 

 

 

Le zeitgeist incomparable de BRAN VAN 3000
Originalité95%
Authenticité95%
Accessibilité80%
Direction artistique100%
Qualité musicale90%
Textes80%
90%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Monsieur Seb
Blogueur - RREVERB
Google+

Baptisé par Pink Floyd, ses parrains sont Bach et les Stones. DJ depuis 1984, batteur autodidacte, producteur de musique électronique depuis 2000, Monsieur Seb a été chef de la section culturelle chez Canoë pendant près de 10 années.

Il collabore également sur Archipel Magazine, le blogue — et bientôt magazine imprimé — du label électronique montréalais Archipel.