Le Québec foisonne d’excellents groupes émergents. On le sait, ce n’est rien de nouveau. Ce qui est dommage est que peu réussissent à rejoindre une masse critique d’auditeurs qui leur permettraient de bien vivre de leur art. Chassepareil est l’un d’eux.

Découverte grâce à la fameuse Liste de Noël de Poulet Neige, cette formation de 5 musiciens est menée par Johannie Tremblay, l’auteure et compositrice de la plupart des morceaux. Ils nous arrivent du Saguenay-Lac-Saint-Jean et nous plongent dans la musique d’antan, à moitié dans ce qu’on appelle la musique traditionnelle, à moitié dans le folk baroque. Leur tout premier opus, intitulé “Les oiseaux d’hiver” offre ainsi une très belle palette de couleurs. Le folk domine, c’est clair, mais on y trouve aussi une riche orchestration où flûtes, mandolines et oud croisent guitares et percussions légères (Berceuse pour les oiseaux d’hiver).

Les mots chantés par Pierre-Antoine Tanguay et Johannie Tremblay (dont le doux charme fonctionne sur Les moissons) racontent la vie quotidienne avec une douce poésie qui touche autant à la nature qu’aux émotions (Peau d’âne). Ça me rappelle la belle fraîcheur de Porcelaine, la poésie de Mathieu Bérubé et les arrangements des formations québécoises des années 70 telles Jim et Bertrand et Beau Dommage ou, jusqu’à un certain point, Harmonium.

Chassepareil n’a pas peur des envolées instrumentales. Ils ont la compétence pour le faire. Outre Tremblay et Tanguay, la formation est composée d’Alexandrine Rodrigue (guitare et chant), Ovide Coudé qui touche à la mandoline, l’oud, le mohan veena, et la guitare électrique et Pascal Gagnon-Gilbert à la batterie, aux percussions, et à la darbouka. Sur certains morceaux, on entend le violoncelle de Kim Drouin-Radcliffe, la trompette de Marilou Bouchard et la clarinette d’Éric Tremblay. Chassepareil s’appelait auparavant Sweet Grass.

chassepareil johannie tremblay

Johannie Tremblay

La voix de Pierre-Antoine Tanguay est l’une de celles qui transpercent le silence et qui touchent directement son but. Lorsqu’il s’élance sur Kyrie, on ne peut faire autrement que de l’écouter. Les vers sont délicats et bien écrits, tout au long de l’album. On pourrait tirer des parallèles avec Caltâr-Bateau, eux aussi déploient une belle instrumentation. Mais l’humour et la poésie énigmatique ne sont pas des présents chez Chassepareil. Ici, on parle davantage de sensibilité, de nature et de quotidien (Les miettes), plus proche du duo Saratoga.

 

L’album a été enregistré au Studio Hors-piste, L’Anse-Saint-Jean, a été réalisé par le groupe lui-même puis lancé le 13 octobre 2016. La prise de son et le mixage sont signés Olivier Hamel. Un EP de 6 titres était paru en 2014.

Un très beau moment à passer en excellente compagnie.

chassepareil album

CHASSEPAREIL
Les oiseaux d’hiver
(indépendant, 2016)

-Genre: chanson folk sauce 70s
-Dans le même esprit que Mathieu Bérubé, Saratoga, Porcelaine, Beau Dommage, Moriarty

Lien vers la page BandCamp du groupe
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.