Dan Penn occupe une place plutôt particulière dans l’histoire de la musique soul. Bien qu’il soit surtout connu pour ses talents d’auteur-compositeur et de réalisateur, il est un incroyable chanteur, avec une voix qui est un croisement entre celle de Ray Charles, Sam Cooke et Otis Redding. Il a toutefois peu enregistré, mais, en 2012, des démos produits entre 1964 et 1966 ont été rassemblés sur un même disque : « The FAME Recordings ».

Dan Penn a fait paraître quelques singles au début des années 60, mais sans connaître de succès. Il s’est tourné vers le métier plus payant d’auteur-compositeur. Avec des partenaires d’écriture comme Spooner Oldham et Chips Moman, il a composé certains des plus grands classiques du soul : The Dark End Of The Street, A Woman Left Lonely, I’m Your Puppet, Cry Like A Baby, etc. Actif aux American Studios de Memphis à la fin des années 60 (il y a réalisé The Letter, des Box Tops et Alex Chilton), c’est toutefois aux FAME Studios de Muscle Shoals, en Alabama, qu’il a fait ses débuts comme guitariste et auteur-compositeur.

Dan Penn a donc enregistré ces démos qui étaient destinés à servir de guide d’interprétation pour les artistes désirant enregistrer ses compositions. Même si la qualité sonore est très bonne, ces démos n’avaient jamais été publiés avant que Ace Records ne les fassent paraître en 2012. Pour tout amateur de southern soul, ce disque sera une révélation inespérée. La prestation vocale de Penn est égale à celle de tous les grands chanteurs de soul et de rhythm and blues de l’époque, et les musiciens de studio qui l’accompagnent sont exceptionnels (ils seront connus sous le nom de The Swampers).

Des 24 chansons de l’album, 17 sont de Oldham et Penn. It Tears Me Up est un chef-d’œuvre qui exprime la langueur d’un homme déchiré par l’idée de voir sa femme dans les bras d’un autre. Penn vient nous chercher lorsqu’il chante « Oh, Lord, I just can’t stop crying ». Sur I’m Living Good, Penn nous fait penser à Sam Cooke,  alors que ses cris dans Take a Good Look rappellent Otis Redding. Sa puissance vocale et émotive est aussi épatante sur l’excellente Take Me (Just As I Am) et la superbe I Do. The Thin Line est une des pièces les plus accrocheuses, avec de très belles harmonies vocales et le piano et la trompette qui s’échangent un beau motif.

Long Ago est tout simplement magnifique, avec l’orgue et la guitare qui rendent la voix de Penn encore plus majestueuse. You Left The Water Running a un brillant motif d’orgue et un rythme irrésistible. I Need A Lot Of Loving et Feed The Flame sont des superbes ballades, tandis que Rainbow Road et Come Into My Heart sont plus énergiques. La performance vocale de Dan Penn sur Unfair est prodigieuse, appuyée par un excellent jeu de guitare. Le motif de piano sur Everytime donne le ton à cette très belle chanson.

Peter Guralnick (l’auteur qui a écrit entre autres une monumentale biographie en deux tomes d’Elvis), dans son livre sur l’histoire de la musique soul du sud des États-Unis, a décrit Dan Penn comme étant « the renegade white hero of this book ». Peut-être que ces démos n’avaient jamais été publiés parce qu’il n’y avait pas de place à l’époque pour un Blanc qui chantait comme un Noir. Avec ce disque, on peut donc restituer un chapitre manquant dans l’histoire de la musique soul.

dan penn fame recordings
DAN PENN
The FAME Recordings
(Ace Records, 2012)

-Genre : southern soul
-Dans le même genre que Otis Redding, Sam Cooke, Ray Charles

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)

DAN PENN : Le Ray Charles blanc
Originalité80%
Authenticité100%
Accessibilité90%
Direction artistique90%
Qualité musicale95%
Textes85%
90%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.