Malgré le fait que Dominique A ait publié 10 albums dans les 25 dernières années, ce n’est qu’avec “Éléor”, paru en mars 2015, mais parvenu au Québec un an plus tard, que je m’attarde à cet auteur-compositeur-interprète, aujourd’hui âgé de 47 ans. Sa conjointe Françoiz Breut avait concocté quelques excellents opus au milieu des années 90, et j’ai cru comprendre qu’ils travaillaient ensemble régulièrement. Elle aussi, j’ai perdu sa trace avec le temps.

Je plonge donc dans “Éléor” avec entrain, en espérant y être happé par des paroles inspirantes, chaviré par des émotions, allumé par des réflexions. En fait, Dominique A est un raconteur. Il raconte la mystérieuse histoire d’une femme qui se lève devant les hommes (Central Otago). On marche avec lui d’Ottawa aux grands espaces québécois dans sa découverte presque touristique de notre bout de planète (Par le Canada).

 

Musicalement parlant, le musicien natif de Provins en Seine-et-Marne peut également être plus sensible et sortir les violons (Au revoir) comme plus rock avec basse fuzzée (Cap Farvel). Une belle variété musicale. Sur L’Océan, les cymbales donnent un effet de grandeur… comme sur le classique Ocean du Velvet. Joli clin d’oeil.

Pour situer Dominique A dans le paysage francophone, on peut lancer les noms de Murat (en moins sensuel), Thiéfaine (en moins psychédélique), Bélanger (en plus… Français!), Couture (en plus jeune), Indochine (en moins pop)… Bref, un auteur-compositeur qui trace son propre chemin.

Dans sa bio sur Wikipedia, on y lit que Dominique Ané est le fils unique d’un professeur du secondaire d’origine ariégeoise et d’une mère au foyer parisienne. Né à Provins il y habite jusqu’à l’âge de 15 ans, moment où son père est muté à Nantes. Adolescent, il se passionne pour la littérature et la musique, ses goûts s’orientent vers le courant punk, puis le romantisme ténébreux de la new wave.

dominique a foret

Dominique A commence sa carrière au début des années 1990 en composant et enregistrant des chansons de manière très minimaliste, quoique dans un esprit rock. Il refuse d’être apparenté à la chanson à texte, qui pour lui équivaut à une « chanson sans musique ». La découverte du nouvel album d’Alain Bashung en 2002 (« L’Imprudence ») est un choc. Dominique A considère cet album comme une profonde remise en question et il décide d’explorer de nouvelles façons de travailler.

Parallèlement à l’album « Tout sera comme avant » sort un recueil de nouvelles au même titre, recueil collectif d’une quinzaine d’écrivains, qui s’inspirent chacun d’un titre de l’album pour en tirer une nouvelle. En 2005, à la suite d’un voyage au Groenland, il écrit l’album « L’Horizon ». En 2013, il obtient la Victoire de la musique dans la catégorie « Artiste masculin de l’année ». Source Wikipedia

Dominique A fait partie de la programmation en salle des FrancoFolies de Montréal 2016: il performera le vendredi 17 juin 2016 à 19 h 30 à l’Astral. Philémon Cimon s’occupera de la première partie. Billets ici.

dominique a eleor

DOMINIQUE A
Éléor
(Cinq7/Wagram Music, 2016)

-Genre: chanson rock
-Dans la même lignée que Albin de la Simone, Murat, Morrissey

Lien vers la page iTunes pour achat en ligne
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.