Notre rédacteur en chef nous a demandé de parler de notre premier show à vie. Je dois dire que je n’en suis pas certaine. J’ai commencé très jeune à aller voir des spectacles, mes parents aimaient bien aller se promener aux Francos ou au Jazz lorsque ma soeur et mois étions petites donc des musiciens, j’en ai vus.

Mon premier spectacle marquant reste cependant le “super” Edgefest’97, à l’Hippodrome de Montréal le 29 juin 1997. J’avais 13 ans. J’avais deux amies de mon âge avec moi. Je me suis faite regarder croche par les grands gars en chest qui buvaient de la bière. Je me suis faite ramasser solide dans le mosh pit pendant Groovy Aardvark. Mes souvenirs se limitent pas mal à ça.

J’ai quand même fait mes petites recherches sur la toile (j’ai pas utilisé cette expression depuis ’97, je pense), et j’ai pu trouver le lineup officiel de la tournée Edgefest. Écoutez. La pré-ado en moi avait tout à envier de ce lineup de feu! Moist, Collective Soul, I Mother Earth, Our Lady Peace, Econoline Crush, Finger 11, The Age of Electric…

J’avoue que 17 ans plus tard, ces groupes n’ont plus la même valeur, et moi-même je me trouve moins cool d’y être allée. (Surtout que l’édition 98 sous la pluie aura été probablement la plus marquante musicalement parlant pour moi.)

Reste que ça aura allumé une étincelle chez moi. Je voyage depuis quelques années pour aller dans des festivals de musique (Coachella, Primavera Sound, Governor’s Ball, Sonar, Rock in Roma) et même si je peux bien me demander ce que j’ai pu dire à ma mère pour la convaincre de me laisser aller là-bas à 13 ans, je sais que ça aura peut-être été l’élément déclencheur de ma passion pour la musique live. Même si Econoline Crush a joué.

Je devais avoir de la vision, quelque chose!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nadine Mathurin
Blogueuse - RREVERB
Google+

Depuis qu’elle a vécu son premier mosh-pit au Edgefest 97 à l’âge de 14 ans, Nadine n’a jamais cessé d’agrandir et d’approfondir sa culture musicale. Fervente passionnée d’indie rock, elle parcourt souvent plusieurs centaines de kilomètres pour voir LE band en spectacle. Bien qu’elle soit toujours à la recherche des dernières nouveautés musicales, il ne lui est pas rare de remettre un bon vieux classique sur sa table tournante le dimanche après-midi. C’est peut-être pourquoi, ironiquement ou sérieusement, Nadine porte fièrement un coat Sgt. Pepper sur sa photo de bio.