Il y a un buzz autour d’Elle King, cette jeune chanteuse américaine qui connaît un beau succès avec la chanson Ex’s and Oh’s ces temps-ci. Mlle King réussit à mettre en valeur sa voix rocailleuse dans un pop rock accrocheur. Son album « Love Stuff », qui vient de paraître il y a quelques jours chez Sony, est une combinaison de plusieurs ingrédients gagnants qu’on a entendus ailleurs dans les dernières années.

D’abord la voix. Haut perchée, nasillarde, rugueuse, exactement comme celle de Gin Wigmore (qu’on avait entendue dans les pubs d’Heineken autour de la sortie d’un récent film de James Bond).

Puis Niveau énergie, difficile de ne pas penser à la fougueuse ZZ Ward en écoutant des morceaux comme Ex’s and Oh’s ou des ballades comme Under the Influence. King se défend très bien dans les deux genres, tout comme dans le moment plus relax qu’est Kocaine Karolina, essentiellement accompagnée au banjo.

Niveau ambiance, il y a cette noirceur mystérieuse qui plane un peu partout autour d’Elle King, un peu comme chez Kandle, à la différence que la nouvelle venue est plus « loud » que la blonde canadienne. Hey, c’est une Américaine…

Lorsqu’elle rocke avec plus de muscle, on sent la rockeuse vouloir sortir de son cadre. Sur Last Damn Night, elle fait sa Taylor Momsen, mais malheureusement, les musiciens peinent à la suivre. Ça manque de punch et d’authenticité rock, ce que porte pourtant cette fille, du haut de ses 25 ans.

elle king sexy

Et vous savez quoi? Ce « Love Stuff » est un solide album de bonne pop, mené par une chanteuse qui a de la personnalité vocale – comme l’avait une Amy Winehouse, par exemple – et qui s’affirme en mordant dans ses chansons. Un talent qui brille déjà bien et qui le fera encore plus dans un contexte live, si elle est entourée des bons musiciens.

Oui, l’album s’épuise assez vite, dû au fait que ce ne sont pas toutes les compositions qui sont transcendantes (Song of Sorrow) ni très originales (America’s Sweetheart). Elle King mord dans les plats de résistance, mais n’éveille pas grand intérêt avec les airs ordinaires (I Told You I Was Mean).

King est née à Los Angeles en 1989. Son père est le comédien Rob Schneider, qu’on a vu à Saturday Night Live ainsi que dans les films Deuce Bigalow: Male Gigolo, The Hot Chick et Grown Ups.

ELLE KING
Love Stuff
(Sony, 2015)

-Genre: rock pop
-Dans le même genre que Gin Wigmore, ZZ Ward, Amy Winehouse

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.