Chez RREVERB, nous pensons que la musique de qualité dure, qu’elle est appréciée longtemps. Nous prenons le temps de l’écouter. Cette série d’entrevues s’attarde l’art de faire de la musique, sur le parcours des musicien(ne)s, sur ce qu’ils transmettent en créant de la musique. Aujourd’hui, nous rencontrons…

EMILIE & OGDEN

 

BIO EN 2 MOTS: Il ne s’agit pas, ici, d’un duo typique, mais bien de la rencontre entre une jeune auteure-compositrice-interprète et son instrument, la harpe. Plusieurs ont dit que sa voix unique, pure et douce est en parfaite harmonie avec son instrument. Sur scène, son approche folk traditionnelle est embellie par de la batterie, de la basse et une touche électronique, tout en douceur, s’inspirant des artistes telles Feist et St. Vincent.

RREVERB: Quel est votre nom, âge (les dames ne sont pas obligées de répondre!), votre ville d’origine ainsi que celle où vous habitez mainteant? Pourquoi avez-vous choisi d’y résider?

Emilie Kahn. 24 ans. Originaire de plusieurs petites villes entre Toronto et Montréal. Résidente actuelle de Montréal parce que c’est l’endroit le plus cool au monde.

RR: Depuis combien de temps faites-vous de la musique? Parlez-nous de votre carrière en notant les moments clés, qui vous sont importants.

EK – J’ai commencé à écrire des tounes quand j’étais ado et j’ai continué dans un programme de musique au cégep où j’ai découvert la harpe. J’ai lancé un premier EP en tant qu’Emilie & Ogden en 2012 et j’ai tourné un peu partout au Québec pendant quelques années. Là je viens de lancer mon premier album complet pis j’ai fait une tournée en Europe et au US.

RR: Quel est votre instrument préféré? Comment décrieriez-vous la relation que vous avez avec cet instrument depuis vos débuts?

EK – La harpe évidement, haha. Ma relation avec elle, ben je compose de la musique dessus. J’ai toujours cherché un instrument pour m’accompagner en chant, puis quand j’ai découvert la harpe, j’ai capoté et je m’en suis servie pour ça.

emilie and ogden dec 2015 AdrienLeToux

(Photo: Adrien Le Toux, déc 2015)

RR: Est-ce qu’un enseignant en particulier vous a guidé dans votre apprentissage de cet instrument?

EK – Oui, j’ai étudié avec une harpiste qui s’appelle Stacey Loewan à Montréal. Je l’avais trouvé sur Craigslist, c’est là que tout a commencé. J’ai été chanceuse de la trouver, elle m’a appris une technique classique, mais me laissait aussi beaucoup de liberté.

LA CRÉATION

RR: Comment composez-vous? Est-ce que vous recherchez un lieu ou un état d’esprit lorsque vous composez? Est-ce beaucoup de travail pour vous que de finaliser une chanson?

EK – J’écris pas mal quand je suis super déprimée. J’ai l’impression que mes meilleures chansons s’écrivent toutes seules, mais des fois, j’en ai qui trainent pendant plusieurs mois avant que je finalise les paroles ou la structure.

 

L’INTERPRÉTATION

RR: À qui chantez-vous (ou jouez-vous) une nouvelle chanson pour la première fois? À quel point l’avis de votre entourage est-il important dans les premiers moments de la création d’une pièce?

EK – Je montre toujours les nouvelles pièces à mon band en premier. Je reste ma plus grande critique et normalement, je présente juste des pièces quand je suis déjà très confiante avec elles.

RR: Avez-vous déjà composé ou interprété de la musique complètement différente que celle pour laquelle on vous connaît?

EK – Non. J’ai plusieurs amis qui étaient dans des bands de métal quand ils étaient ado, et qui font maintenant du folk haha. Mais moi, les chansons que j’écrivais à 15 ans ne sont pas très loin de ce que je fais maintenant.

RR: Comment se passe l’enregistrement de vos chansons? Travaillez-vous avec des complices, musiciens ou ingénieurs du son, ou seul(e)?

EK – Le premier album a été réalisé par Jesse Mac Cormack et enregistré dans plusieurs studios différents. On partait avec les chansons déjà montées entre moi, Jesse et mon drummer Francis Ledoux. J’aimerais bientôt pouvoir m’enregistrer seule par contre.

RR: Parlez-nous de votre plus récent album. Qu’en pensez-vous? Comment s’inscrit-il dans votre cheminement de carrière?

EK – C’est une grosse étape. Des chansons qui existent depuis plusieurs années qui sont enfin dans le monde, ça fait du bien.

emilie and ogden aug 2015 new album

Cliquez ici pour le lien iTunes!

LA SCÈNE

RR: Quelle est votre relation avec la scène? Est-ce un pur plaisir ou un stress?

EK – Les deux. Je suis toujours ultra stressée avant de monter sur scène. Mais une fois que le show est parti, je me sens à ma place dans l’Univers.

RR: Racontez-nous le plus beau moment sur scène que vous avez vécu.

EK – Cet automne en Islande, en débarquant de la scène, une madame inconnue est venue me voir en larmes en me disant qu’elle était tellement touchée par le spectacle qu’elle a braillé tout le long, et là moi je me suis mis à pleurer et on s’est serré dans nos bras. C’était beau.

emilie and ogden aug 2015 Andrew Hartl

(Photo: Andrew Hartl, août 2015)

RR: On entend souvent parler de musiciens qui faisaient déjà des concerts devant leur famille, très jeunes. Est-ce votre cas? Racontez-nous vos débuts, votre premier concert.

EK – Je pense pas que j’ai fait des concerts pour ma famille avant de jouer dans le spectacle d’amateurs dans mon école secondaire avec mon premier band, mais j’ai tellement trippé à faire ça que c’est là que j’ai décidé que je voulais faire de la musique dans la vie.

L’INDUSTRIE

RR: Par qui êtes-vous entourée? Que vous amènent ces personnes concrètement ou moralement?

EK – Je suis assez bien entourée présentement, avec des gérants qui sont comme mes deuxièmes parents et un label qui nous supporte beaucoup tout en laissant beaucoup de liberté.

RR: Pouvez-vous imaginer un jour vivre une célébrité mondiale (comme celle de Celine Dion ou des Beatles)? Comment pensez-vous que vous vivriez cette expérience, ce style de vie?

EK – Je voudrais jamais être célèbre comme ça, haha. Je pense pas que ça arrivera, anyways. Juste quand j’ai eu un petit buzz ‘viral’ plus tôt cette année , ça m’a un peu perturbée dans mon intimité.

 

RR: Y voyez-vous que des avantages? Est-ce l’un de vos objectifs?

EK – Un tel niveau de célébrité te donne une énorme plate-forme pour dire ce que tu veux au monde. Et j’imagine que t’es automatiquement ultra riche. Mais non, ça m’intéresse pas.

RR: Avez-vous déjà rencontré, côtoyé quelqu’un qui avait atteint ce niveau de célébrité? Est-ce que l’image qu’on se fait de cette vie et la réalité sont bien différentes?

EK – Je ne connais personne d’aussi célèbre haha.

emilie and ogden niov 2015 LukeOrlando

(Photo Luke Orlando, nov 2015)

 

VOS PRÉFÉRÉS

RR: Sur une île déserte, vous emmèneriez ces 5 albums (pas plus).

-The Devil and God Are Raging Inside Me – Brand New
-Have One On Me – Joanna Newsom
-Take Care – Drake
-Metals – Feist
-Emily Haines – Knives Don’t Have Your Back

Playlist!

 

RR: Quel est le tout premier album que vous avez acheté avec votre propre argent? À quel âge?

EK – Je me rappelle d’avoir acheté le deuxième album de Christina Aguilera ‘Stripped’ quand j’avais 11 ans.

RR: Votre meilleur souvenir d’un concert auquel vous avez assisté?

EK – J’avais vu Dan Mangan à l’Esco, petit bar sous-sol, pis on était tous en cercle serré autour de lui. Il était tout vulnérable dans sa performance, c’était super intime. J’ai toujours cherché à redonner ce sentiment-là à mes spectateurs à moi.

RR: Avec quels musiciens aimeriez-vous collaborer?

EK – Pas mal d’amis à Montréal. Et Drake.

RR: Quel(s) musicien(s) connu(s) connaissez-vous bien, personnellement, au point de les compter parmi vos amis? Dans quel contexte vous êtes-vous rencontrés?

EK- Je suis devenue amie avec les gars de Half Moon Run parce que je les ai « stalké »  en tant que fan il y a longtemps haha. J’étais allée voir leur spectacle dans une petite place et c’était complet, alors je suis allée cogner sur une porte random derrière et c’était leur loge. Ils ont réussi à me faire entrer, on s’est parlé après le show et je leur ai montré ma musique. J’ai éventuellement eu la chance de faire leurs premières parties.

emilie and ogden UK halfmoonrun

Au Royaume-Uni avec Half Moon Run (novembre 2015)

Merci Emilie!

Pour ne rien manquer des prochains concerts d’Emilie & Ogden, devenez fan en cliquant ici!

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.