Peu d’artistes nagent en pleine folie lyrique. Peu semblent complètement plongés dans leur univers parallèle. Sammy Decoster et Fabien Guidollet, les deux auteurs-compositeurs et interprètes formant le duo Facteurs Chevaux, sont de ceux dont les vers sont énigmatiques. “La maison sous les eaux” est du calibre des grands poètes mystérieux de la chanson tels Thiéfaine, Higelin ou Syd Barrett.

La poésie française a connu bien des auteurs aux propos vaporeux, mais peu ont traversé en chanson. Areski et Brigitte Fontaine ont créé des oeuvres complètement déjantées. Le jeune Jacques Higelin et le chansonnier marocain (peu connu ici) Morice Bénin ont eu leurs moments fous. Hubert Félix Thiéfaine a bâti sa carrière sur des images étonnantes et un vocabulaire recherché. Aujourd’hui, Facteurs Chevaux s’ajoute à la liste de ces déjantés de la chanson.

Facteurs Chevaux – qui tire son nom à juste titre du mouvement surréaliste – ce sont Sammy Decoster, qui a publié en 2009 l’album « Tucumcari »), et son complice Fabien Guidollet, le gars du duo Verone. Ils façonnent leurs chansons perchés dans un village du massif de la Chartreuse. Hormis leurs deux voix, ce ne sont que guitare acoustique et mandoline qui meublent délicatement ces huit titres. Vous m’auriez dit que cet album a été lancé en 1972 sur étiquette Saravah que je vous aurais crû sans en douter une seconde tellement la facture rappelle les moments plus hippie du folk. Par moments, on a l’impression de voir renaître les troubadours d’une autre époque!

 

Le folk minimaliste que nous servent Decoster et Guidollet est teinté d’accents médiévaux, voire de chansons pastorales, comme on l’entend sur If le grand if. Facteurs Chevaux touche aux moments hallucinés et inquiétants à la Thiéfaine sur Les renards, ou le ton devient plus machiavélique, plongeant aux confins de la Terre.

N’y cherchez pas de mélodies accrocheuses, de refrains entraînants, ni de prouesses instrumentales. Tout est dans l’ambiance énigmatique des vers de Decoster et Guidollet, et leurs quelques notes égrainées des cordes qu’ils grattent (Vahalia).

Une oeuvre unique qui se déguste avec l’esprit ouvert et qui sera appréciée seulement par ceux et celles qui s’y plongent entièrement. Parce qu’avec les Facteurs Chevaux, c’est tout ou rien.

FACTEURS CHEVAUX
La maison sous les eaux
(La Grange aux belles, 2016)

-Genre: folk surréaliste
-Sur la même planète qu’Areski, Hubert Félix Thiéfaine, Syd Barrett, Morice Bénin, les premiers opus de Jacques Higelin

Écoute et achat sur Google Play
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.