Je couvre le Festival International Nuits d’Afrique depuis plus de 10 ans. Je n’ai manqué que certaines éditions où j’étais en dehors du pays au moment du festival. Autrement, c’est un incontournable de mon été musical à Montréal! J’y ai vu de magnifiques concerts, j’y ai senti la générosité des organisateurs, je peux témoigner de l’ouverture du public montréalais, j’y ai passé des soirées magiques dans une ambiance de détente et/ou de fête. Les sourires sont toujours au rendez-vous aux Nuits d’Afrique!

Cette année, à constater la programmation et à écouter la compilation annuelle (dont je vous parlerai très bientôt), je dois constater que cette 28e édition sera l’une des meilleures de toutes!

TIKEN JAH FAKOLY: PARRAIN VEDETTE

Montréal est fébrile; c’est Tiken Jah Fakoly qui donnera le ton à cette 28e édition du Festival International Nuits d’Afrique de Montréal, qui se tiendra du 8 au 20 juillet 2014. Le 9 juillet à l’Olympia, le grand reggaeman ivoirien assurera le concert d’ouverture de l’événement le plus coloré de l’été montréalais, l’un des plus importants festivals au monde à être entièrement dédié aux musiques du monde d’ascendance africaine. La superstar livrera un spectacle d’anthologie, sur les rythmes de son tout nouvel album, Dernier appel, à peine sorti des presses. On vous en parle très bientôt! À l’image de ce parrain de prestige, plus que jamais, le festival sera survolté, engagé et fédérateur.

La chanteuse et animatrice Bïa sera porte-parole du festival qui accueillera durant 13 jours, plus  de 600 artistes en provenance de 35 pays.

En tout, plus d’une centaine  de concerts et activités seront présentés, incluant 7 séries de concerts, dont 2 nouvelles, les séries « Prestige » et « Urban Africa », dans 7 salles de diffusion.  Puis, durant 5 jours (du mercredi 16 au dimanche 20 juillet) se tiendra la toujours très attendue portion extérieure du Festival, au Parterre du Quartier des spectacles…

A noter, une journée supplémentaire, cette année, pour satisfaire les milliers de visiteurs, d’ici et d’ailleurs du Village des Nuits d’Afrique!Los Van Van (Cuba), Cheikh Sidi Bémol (Algérie), les artistes de Madagascar Wake Up #2, Féfé (Nigéria/France), Pierre Kwenders (RD Congo/Québec), Sierra Leone’s Refugees All Stars (Sierra Leone), Black Bazar (RD Congo), Tabou Combo (Haïti), les Mercenaires de l’ambiance du Bal de l’Afrique enchantée, et bien d’autres…


La série « Grands Événements » présentée par ICI Musique, réunit des artistes qui ont significativement marqué l’histoire de la musique du monde  d’ascendance africaine, la propulsant au-delà de ses frontières. Elle compte aussi des spectacles à grand déploiement, entre autres, le retour du grand Tiken Jah Fakoly (côte d’Ivoire), aussi parrain de la 28e édition du festival, qui sera présenté à L’Olympia et Los Van Van (Cuba), le band le plus populaire des Caraïbes qui présentera au Métropolis un concert empreint d’émotion, dédié au fondateur du groupe, feu  Juan Formell.  Le Cabaret du Mile-End recevra pour sa part Cheikh Sidi Bémol (Algérie), poète kabyle et figure emblématique des artistes algériens de Paris, ainsi que la 2e édition de Madagascar Wake Up (Madagascar), qui regroupe les plus grands artistes de Madagascar, mobilisés pour sensibiliser le monde entier à l’exploitation forestière illégale des forêts tropicales malgaches.

Pop métissée, Hip-hop percussifs, flashs R&B… Pas de doute, la diaspora s’est approprié avec brio et personnalité les beats qu’elle a inspirés ! Au Cabaret du Mile-End, la toute nouvelle série  « Urban Africa » en témoigne. Au programme : Féfé (Nigéria/France), ex-membre du Saïan Supa Crew), Joe Driscoll et Sekou Kouyaté (critique de leur nouvel album ICI) (UK/Guinée) aux riffs de kora électrisants ; et Nomadic Massive  (Québec), qui est à la scène Hip-hop ce que Montréal est à l’Amérique du Nord : unique et franchement cool !

La série « Nuits d’Afrique Sound System » a déjà 4 ans ! Présentée cette année à la Sala Rossa et au National, elle prouve à quel point les  musiques du monde sont encore et toujours à l’avant-garde des mouvements musicaux. À preuve, la venue de Uproot Andy (États-Unis), le spécialiste des remix tropicaux à Brooklyn; celle du très attendu  Admiral T (Guadeloupe), dont les textes au phrasé ultra rapide entre Reggae Dancehall, R&B et Soca font de lui le porte-parole de la jeunesse défavorisée, sans oublier Pierre Kwenders (RD Congo/Québec), Révélation Monde de Radio-Canada 2014-2015.

Présentée pour la première fois, la série « Prestige », au Gesù, est synonyme de classe et de distinction. Les artistes de cette série emmènent les spectateurs dans un univers feutré, où ambiance rime avec élégance, tel  que celui de Meklit (Éthiopie) à la voix soyeuse et profonde, aux accents Folk et Jazz et celui de Zal Sissokho (Sénégal/Qc) et Mamadou Diabaté (Mali), récipiendaire d’un Grammy en 2010, deux griots virtuoses réunis sur une même scène pour la Nuit de la Kora.

Les musiques du monde sont en perpétuelle effervescence, se renouvellent sans cesse. Les artistes talentueux qui émergent aux quatre coins du monde sont nombreux. La série « Révélations » leur fait toute la place, au Cabaret du Mile-End et au Club Balattou. Les spectateurs pourront ainsi découvrir Banda Kakana (Mozambique) qui marie  savamment rythmes traditionnels et folklore portugais, ainsi que le récipiendaire d’un prix Étoile-Galaxie, Yao (Togo/Ontario) qui nous offre son nouvel album Perles et Paraboles; le son de Debo Band (Éthiopie), un « éthio-groove » inclassable et tant mieux ! Sans oublier le nouvel album d’Ernesto Dabo (Guinée-Bissau) Lembrança et finalement la formation Casuarina (Brésil), sacré « Meilleur groupe de Samba » au Brésil, rien de moins !

Montréal est une ville vibrante car, toute l’année, les artistes nationaux des musiques du monde s’y produisent, notamment au Club Balattou. Le Festival ne les oublie pas; ils en sont l’essence. La série « Rythmes d’ailleurs, gens d’ici » leur est spécialement consacrée. Au programme un « Rendez-vous Mandingue » avec le griot Aboulaye Koné (Côte d’Ivoire/Qc) entouré d’artistes invités d’Afrique de l’ouest, puis Hamid Ouchene (Algérie/Qc) qui revisite le patrimoine musical de sa Kabylie natale, Just Wôan (Cameroun/Qc) dont le timbre de voix et les ballades éthérées nous rappellent Lokua Kanza, puis Insulèr (Martinique/Qc), un ex-membre de Malavoi, qui nous sert une Biguine-Jazz garancée d’influences World.

Rendez-vous des concerts nocturnes, les Étoiles Nuits d’Afrique sont des concerts gratuits, au Club Balattou, pour tous les festivaliers détenteurs d’un billet pour l’un des spectacles en salles. Bumaranga (Colombie/Qc) sera l’hôte des trois premières soirées. Surfant sur les rythmes afro-colombiens du groupe, cette série chevauchera une vague bouillante et éclatante charriant le meilleur de la musique latino-américaine. Avec Mamselle (Mexique/Qc), une voix douce et cristalline ; Akawi (Brésil/Qc), meneur du groupe de Samba Banda Aydê ; Chele (Amérique Latine/Qc), MC de Heavy Soundz.

Gotta Lago (Côte d’Ivoire/Qc) organisera les trois soirées suivantes. Ce touche à tout proposera une série faite de rencontres d’expressions, d’innovation et, surtout, de jubilation : Tribal Nation avec Pierre-Olivier Bolduc (Qc) ; African Guitar Feeling avec Simon L’Espérance (Qc) et Montréal Groove avec William Bobo (Côte d’Ivoire/Qc). Tous réunis pour la soirée de clôture du Festival, à l’image des soirées urbaines africaines les plus branchées du moment !

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

RREVERB info
RREVERB informations

RREVERB vous tient informé de l’actualité musicale. Concerts à voir, programmation des festivals et nouvelles des stars comme de l’industrie sont communiqués sur le site.