À tous les avides de pulsations francophones, je dis, joie! Elle est à nos portes, cette grande kermesse annuelle: folle, douce et bruyante! À tous ceux qui, par un terrible hasard (sur une île déserte, sourds, “boqués”?), ne sont pas au courant que cette musique, pimentée du plus beau des langages, rayonne toujours autant sur le globe, je dis; quoi!? Ne savent-ils donc pas que Montréal la porte en son coeur, depuis 29 ans déjà, à l’orée de l’été, lors de scintillantes nuits? À ceux-là je dis; réveille!

 

Oh et à tous ceux qui aiment leur musique francophone pure, sans un seul anglicisme, ni jamais agrémentée, ici et là, de soupçons d’idiomes étrangers je dis; je ne dis rien, on a bien eu assez de controverses à ce sujet ces dernières années! Mais, sachez-le tous, les Francofolies prennent leur envol le 8 juin prochain (pour 10 jours) dans la métropole! Une maudite bonne façon d’amorcer l’été… Avec près de 200 spectacles, ayant pour âme et fil conducteur, la grande célébration musicale et culturelle de notre jolie langue!

 

175 concerts, avec de la variété à en revendre, c’est une quantité incroyable de créateurs et d’artisans. Seul le programme complet (ici) arrive à faire honneur à toute cette grande famille. Impossible de même toucher un brin à l’ensemble de tous les styles et les talents qui s’y retrouveront. Voici, tout de même, une menue sélection de certaines prestations à ne pas manquer:

 

Jeudi 8 juin

 

Le festival s’ouvrira sur un concert extérieur gratuit aussi hétéroclite que prometteur: tour à tour, nous assisterons à la science loufoque des Trois Accords, au rock intelligent de Dumas. Aussi, aux “loops” savants sauce congolaises de Pierre Kwenders et également à la relève en laissant place au fin verbe de la récipiendaire du 1er prix des Francouvertes 2017, la talentueuse Lydia Képinski!

 

 

Vendredi 9 juin

 

En salle, ce soir-là, l’ovni français Katerine nous rendra visite au Théatre Maisonneuve tandis que notre Yann Perreau national sera aussi présent, à la Place des Arts. De son côté, afin de présenter, à nouveau, son Perreau et la Lune pour le 10e anniversaire de la création du concert. Sous les étoiles, ce seront 40 années de carrière que le grand compositeur Paul Piché viendra célébrer avec nous, sur la grande scène extérieure Bell.

 

Samedi 10 juin

 

S’il y a un bien un concert en salle que j’attends depuis un bon moment c’est celui de l’une des plus intéressantes créatrices actuellement; Klô Pelgag qui viendra nous rendre l’excellent album L’étoile thoracique, dans son intégralité, augmentée pour l’occasion d’un orchestre complet à la Place des Arts. Du côté du Métropolis, le retour de Peter Peter avec son nouvel opus pop électronique Noir Eden.

 

Dimanche 11 juin

 

L’évènement à ne pas manquer, ce soir là, c’est assurément la version en concert de l’album hommage à Richard Desjardins. Une brochette indécente de talents sera présente pour l’occasion: Avec pas d’casque, en passant par Safia Nolin, Adamus, Philippe B, Fred Fortin, Koriass, Philippe Brach et j’en passe. Ne manquez pas çà!

 

Lundi 12 juin

 

Je ne me laisserai pas trop prier afin de retrouver la poésie embrasée d’Antoine Corriveau, cette fois, sous le firmament, en concert gratuit sur la scène Ford. Aussi, Yann Perreau récidivera, en concert gratuit, sur la scène Bell, cette fois afin d’honorer le matériel de son plus récent album, Le Fantastique des Astres.

 

(La 2e partie, ici)

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Martin Curadeau
Blogueur - RREVERB

L’écoute d’un disque est un instant privilégié de rencontre avec l’essence même d’un créateur. Maelstrom de sons, myriades d’émotions et petits morceaux d’âmes à l’état brut.

Bien que la musique dite émergente (tel le rock indé.) est au centre de ses intérêts, sa curiosité n’a pas de bornes et il ne résiste, pour ainsi dire, à aucun style. Être transporté, chaviré, surpris et envouté par des albums est un rendez-vous quotidien.