C’est hier, jeudi 8 juin, que s’amorçait enfin la 29ième édition des Francofolies de Montréal. En cette occasion, je vous présente la deuxième partie des concerts à ne pas louper, tant en salle, qu’à l’extérieur. Le tout sous climat s’annonçant finalement et assurément estival. La première tranche des recommandations (du 8 au 12 juin) est logée ici! Le programme complet des Francofolies, lui, était toujours , aux dernières nouvelles.

 

Mardi 13 juin

 

Le Français Vincent Delerm nous honore de sa présence avec, comme offre principale, son 6ième album, le rayonnant “À Présent”. Fort de compositions pop d’une grande efficacité; à la fois simples, hyper prospères de vigoureuses doses de réalisme, mais aussi, d’un esthétisme lyrique mordant et senti. Les opus plus récents de l’artiste sont excessivement cinématographiques et, on le dit d’un grand dévouement, au piano, sur scène! À voir donc au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

 

Sur la scène extérieure de la Zone Coors Light, le guitariste et non moins riche parolier Louis-Philippe Gingras aura aussi, ce même soir, un univers particulier à nous offrir. J’affectionne abondamment l’offre musicale de cet artiste folk, très assis dans le quotidien qu’il dépeint adroitement, le tout avec une sensibilité et un franc-parler jamais banals. Son dernier album, “Troisième Rangée”, est un coup de cœur récent et son dernier simple, Sutton, tourne en boucle dans mon logis en ce moment.

 

 

Mercredi 14 juin

 

Lorsque deux de nos plus talentueux compositeurs québécois, Louis-Jean Cormier et son ami Martin Léon se partagent une scène, en programme double, c’est à tout un moment intime, poignant et harmonieux que nous sommes persuadés d’assister. Ainsi, c’est ce que le festival nous réserve, à la Place des Arts, au Théâtre Maisonneuve, avec Louis-Jean en mode solo et un retour très attendu pour Martin Léon et ses plus grands titres, ce soir-là.

 

Côté découvertes, pourquoi ne pas vous laisser surprendre par le rock « indé » garage vibrant et désinvolte du quatuor féminin Vulvets, sur la scène SiriusXM. Un son surf et de la saine attitude désaltérante et sans compromis!

 

Jeudi 15 juin

 

Le jeudi, c’est un folk incendiaire et habile qui monopolisera, sans aucun doute, toute l’attention de ce déjà conquis et humble mélomane. En effet et à mon grand bonheur, Fred Fortin sera de retour, sur les planches du Club Soda, afin de nous étaler son plus récent disque, le très fort “Ultramarr”. Dans le cadre de cet évènement, il sera escorté savamment, sur scène, par ses fidèles collègues des formations Gros Méné et Galaxie.

 

Vendredi 16 juin

 

Dans la catégorie de soirée « mais où donner de la tête? » ce sont trois concerts prometteurs qui me font singulièrement de l’œil. Premièrement, via l’authentique intelligence, actuelle et nécessaire des réverbérations poétiques de Samuele. Une artiste qui n’a pas fini de se faire entendre et qui n’a définitivement pas peur de jouer « bien et fort » et de « prendre le décor ». J’ai hâte de croiser, en mode spectacle, les morceaux de son plus récent et excellent “Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent”, à l’extérieur sur la Scène Bell.

 

Deuxièmement, en salle cette fois, Émile Bilodeau reviendra nous assaillir de son verbe contemporain et amusant et de son rock énergique et cinglant, à l’Astral. Sa popularité ne cesse de croître et ses prestations ne manquent pas d’être remarquées, ce avec raison.

 

Tertio, j’ai incroyablement hâte d’assister à la prestation lyrique de l’irrésistible sensation singulière électro-pop Fishbach. Captivante, sa voix unique s’élèvera afin de venir nous offrir les sonorités hypnotisantes de son nouvel album, “À ta merci”.

 

 

Samedi 17 juin

Le festival ne pourrait se clore, pour moi, sur une meilleure note qu’en me permettant d’être le témoin enthousiaste et admiratif du passage et retour du génial auteur-compositeur, Daniel Bélanger, à la Salle Wilfrid Pelletier de la Place des Arts. Son dernier album, “Paloma”, offre du Bélanger à son meilleur, rempli d’émotion, de substance… Très fébrile à l’idée d’assister à l’un de ses concerts, à nouveau! À souligner également, l’étonnante Safia Nolin sera en prestation, ce joli samedi-là; aussi, à la Place des Arts, mais au Théâtre Maisonneuve.

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Martin Curadeau
Blogueur - RREVERB

L'écoute d'un disque est un instant privilégié de rencontre avec l'essence même d'un créateur. Maelstrom de sons, myriades d'émotions et petits morceaux d'âmes à l'état brut. Bien que la musique dite émergente (tel le rock indé.) est au centre de ses intérêts, sa curiosité n'a pas de bornes et il ne résiste, pour ainsi dire, à aucun style. Être transporté, chaviré, surpris et envouté par des albums est un rendez-vous quotidien.