Parmi les gens les plus passionnés dans le milieu de la musique, il y a ceux et celles qui travaillent dans l’industrie: chez les labels, les relationnistes de presse, les promoteurs de concerts, les gestionnaires de salles de concerts, les journalistes culturels, etc.
RREVERB propose une série d’entrevues en profondeur avec les artisans passionnés de la musique.
Cette semaine, rencontrons…

GREG KITZLER

PRÉSENTATION
Quel est votre nom, quel est votre rôle dans l’entreprise musicale où vous travaillez, et depuis quand y œuvrez-vous? 

Greg Kitzler, directeur des relations de presse et des médias sociaux, depuis 2000

Quand avez-vous commencé à travailler dans l’industrie musicale?

Vers l’âge de 20 ans, alors que je « bookais » des concerts au Jailhouse Rock Café (30 av Mont-Royal Ouest), bar que j’ai par la suite acheté avec un partenaire.

Quand avez-vous commencé à aimer la musique?

Très jeune, j’étais fort curieux de nature et c’est grâce à mes abonnements au magazine Québec Rock (Laurent Saulnier le Vice-Président à la Programmation ici y écrivait des articles ! ) et à la revue pop Wow! que j’ai découvert plusieurs artistes.

J’avais également une allocation hebdomadaire de 2$ qui me permettait d’acheter un 45 tours par semaine. J’ai d’ailleurs acheté au Kmart de Duvernay mon premier 45 tours à l’âge de 8 ans (1982) c’était Our House de Madness. J’ai encore le 45 tours, que je garde précieusement !

À 20 ans, quel était votre rêve (dans le domaine musical)?

Je n’ai jamais eu vraiment d’aspiration dans ce sens … simplement être le plus heureux possible, peu importe ou la vie me menait.

Avez-vous été musicien/enne? Racontez-nous votre carrière.

Malgré qu’il y ait plusieurs musiciens dans ma famille, je n’ai jamais essayé d’apprivoiser un instrument. J’ai été chanteur – non, plutôt « entertainer » -dans un groupe de garage-rock début des années 2000, Les Pugilists. Je n’ai aucune voix … mais j’avais les « moves » !  

SUR L’INDUSTRIE MUSICALE

En vivez-vous?

oui (heureusement !)

Est-il encore possible aujourd’hui de gagner sa vie dans l’industrie musicale?

Certainement, mais il faut que la passion prenne le dessus sur la richesse, sinon vous risquez d’être bien malheureux !!

Que faut-il faire pour y arriver?

Être là pour les bonnes raisons …

Quelle(s) rencontre(s) a(ont) été déterminante(s) dans votre carrière dans l’industrie musicale?

L’artiste Dee (Martin Granger), qui m’avait dit que l’Équipe Spectra (sa copine à l’époque y travaillait) cherchait un coordonnateur aux relations de presse. J’ai passé une entrevue à reculons ne croyait pas obtenir le poste et voilà, toujours ici depuis presque 16 ans ! Mais une grande partie de mon apprentissage en RP fût grâce à Marie-Ève Boisvert qui m’a tout appris, de A à Z ! Une fille généreuse, honnête et  intelligente,  qui ne m’a jamais lâché et m’a toujours fait confiance. Je lui dois beaucoup.

Qu’aimez-vous dans votre emploi / occupation actuelle?

La proximité de la musique, et ce, quotidiennement.  Également que la compagnie ne soit pas dans le moule « corporation ». Je me compte bien chanceux et j’apprécie chacun des moments, bons comme mauvais !

Que changeriez-vous de l’industrie musicale d’aujourd’hui?

Rien, chaque période est différente, et demande un ajustement, ce n’est jamais monotone !

Quel grand rêve n’avez-vous pas encore accompli?

Je vis au jour le jour … aucune attente, aucune aspiration. Ainsi, il y a davantage de belles surprises.  

Le vinyle, la cassette, le CD ou le digital?

Le vinyle pour le son vintage, les souvenirs. Et le digital pour la simplicité et la facilité d’accès.

SUR LES ARTISTES ET LA MUSIQUE

Vos styles de musique préférés? 

En vieillissant, mes gouts changent ! En ce moment, je dirais indie/folk – de Bon Iver à Patrick Watson et du Post Rock, surtout Sigur Ros et Explosion in the Sky.  Est-ce que ça toujours été le cas dans votre vie? Non ! Entre 10 et 17 ans, j’étais beaucoup dans une phase new-wave ; New Order, Joy Division, The Cure, The Smiths,  et le début de l’alternatif avec The Pixies notamment.

Après, ce fit au tour du post-punk et du garage rock, The Ramones, Patty Smith,  Velvet Underground, Richard Hell, The Runaways, The Stooges, MC5, The Sonics, New York Dolls, The Real Kids,  Thee Michelle Gun Elephant,  Hellacopters, Guitar Wolf ect .. J’ai bien apprécié le grunge, j’ai même déménagé à Vancouver début vingtaine pour assister au maximum de concerts à Seattle et Vancouver, notamment le dernier concert de Nirvana au Canada.

Sur une île déserte, vous emmèneriez ces 5 albums (pas plus).
–    Takk – Sigur Ros
–    Trouble will find me – The National
–    Pianoscope – Alexandra Streliski
–    The Beatles (White Album) – The Beatles
–    For Emma, forever Ago – Bon Iver

Playlist!

Quel est l’artiste le plus sympathique que vous ayez rencontré?

Henri Salvador, quel personnage et quel bout en train !

Le moins sympathique?

Je ne dirais pas son nom, mais c’est un artiste québécois avec un GROS égo !

Quel artiste brillant aurait dû percer davantage, selon vous?

Pas au point d’être brillant, mais Me Mom and Morgentaler. Mauvais timing, mauvaise période, quelques années trop tôt !

Qui aimeriez-vous rencontrer?

Une réponse plate, mais mon grand-père que je n’ai jamais connu qui était un très bon artiste / musicien !

Merci Greg!

Pour ne rien manquer des prochains concerts organisés par l’Équipe Spectra, dans les salles qu’ils gèrent (Métropolis, l’Astral…), les albums qu’ils lancent et festivals qu’ils déploient (Jazz, Francos, Mtl en lumière), cliquez sur le logo ci-dessous.

spectra logo

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré plongeant dans tous les genres et époques, Nicolas Pelletier a publié 6 000 critiques de disques et concerts depuis 1991, dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Il publie "Les perles rares et grands crus de la musique" en 2013, lance le site RREVERB en 2014, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016. Il dirige maintenant la stratégie numérique d'ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada.