GUILLAUME MARTINEAU : La consécration

Il régnait un vague sentiment de triomphe et de consécration à L’Astral en début de soirée, jeudi soir. Guillaume Martineau venait y présenter les compositions de son premier album, « Par 5 chemins », sorti l’automne dernier. Le pianiste était accompagné du saxophoniste Mario Allard, du guitariste François Jalbert, du bassiste Simon Pagé et du batteur Kevin Warren. Devant une foule nombreuse, ces cinq instrumentistes doués ont donné vie sous une nouvelle forme aux pièces de cet album. Le jazz vivant et dynamique de celui qui a été sacré Révélation jazz Radio-Canada 2015-2016 n’a certainement pas fini de faire parler.

Au cœur des compositions, le jeu du pianiste est très convaincant. Il y va de plusieurs efficaces solos lors du spectacle. Son style est à mi-chemin entre le classique et le jazz, et peint de belles couleurs musicales. Notons justement que Martineau détient une maîtrise en interprétation classique à McGill. On se doit de souligner l’apport majeur de ses musiciens, qui ont une très bonne cohésion. Jalbert est le « styliste », selon les mots du leader. C’est souvent lui par ailleurs qui installe les ambiances, qui sont atmosphériques, planantes et cinématographiques. Il apporte aussi une petite touche de rock à quelques occasions.

Pour sa part, le bassiste est la « colonne vertébrale » du groupe. Avec sa basse à six cordes, son  jeu assure une stabilité et une efficacité à tout rompre. Il nous montre aussi tout son talent lors d’un solo. Le batteur est un excellent musicien qui y va également de quelques solos. Finalement, le saxophoniste a un son tout en puissance, mais est aussi capable de nuances. L’ensemble des pièces joue d’ailleurs beaucoup sur les nuances et se nourrit des interactions entre chaque instrument. Le plaisir des musiciens est d’ailleurs évident. Et celui des spectateurs l’est tout autant.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.