Le groupe Gustafson, malgré son nom à ressemblance suédoise, est formé de Jean-Philippe Perras et d’Adrien Bletton, deux anciens élèves de l’École nationale de théâtre du Canada, où ils se sont rencontrés. Les deux ont une solide expérience musicale, ayant joué entre autres avec We Are Wolves, Alex Nevsky et Groenland. Leur projet s’est concrétisé avec un premier EP sorti en 2013. Ils reviennent ces jours-ci avec un deuxième EP, « Courir dans le noir ». Ce mini-disque est composé de quatre chansons de pop-rock introspective aux sonorités lumineuses et franchement accrocheuses. L’omniprésent Philippe Brault (notamment Pierre Lapointe, Philémon Cimon et Hôtel Morphée) a réalisé cet opus, y mettant sa touche.

Le EP (qui peut être écouté au complet sur la page bandcamp du groupe) débute avec Bord de mer, légère ballade très évocatrice. L’actrice et réalisatrice Évelyne Brochu chante avec Gustafson sur cette pièce estivale. Beaucoup plus énergique, l’irrésistible Falling Man a une batterie plutôt lourde et un très bon motif à la guitare électrique. Le duo se décrit comme étant une rencontre inusitée entre Serge Gainsbourg et The Strokes. Sur ce morceau, on est d’accord, et on pourrait même rajouter le défunt groupe québécois Chinatown aux influences. Débutant avec un seul piano électrique, Les jours avant le bonheur se dirige lentement vers un crescendo bien ficelé. Sur l’excellente La nuit la plus longue, le saxophone vient s’ajouter de belle manière sur les nombreuses couches d’instrumentation qu’on y retrouve.

Sans être très originales, les chansons de Gustafson sont tout de même très efficaces. La réalisation est d’une ingéniosité intéressante, et le mixage, de Ghyslain-Luc Lavigne, est d’une clarté exemplaire. « Courir dans le noir » offre donc un très bon aperçu de la pop-rock romantique du groupe. On espère que les deux musiciens continueront leur projet pour nous offrir éventuellement un album complet!

gustafson courir dans le noir
GUSTAFSON
Courir dans le noir
(Lazy at work, 2015)

-Genre : pop-rock introspective
-Un mélange entre Serge Gainsbourg, The Strokes et Chinatown

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

GUSTAFSON : Introspectif et irrésistible
ORIGINALITÉ 70%
AUTHENTICITÉ 80%
ACCESSIBILITÉ 80%
DIRECTION ARTISTIQUE80%
QUALITÉ MUSICALE85%
TEXTES 75%
78%Overall Score
Reader Rating: (1 Vote)
77%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.