On avait découvert Kandle il y a deux ans avec un premier EP de cinq chansons sur lequel la jolie blonde toute vêtue de noir présentait un rock hanté. On y sentait des influences de Mazzy Star et de Françoise Hardy et un talent certain, malgré la jeunesse évidente.

Je l’ai vue chanter l’un de ses tout premiers concerts, à la Sala Rossa en 2011 avec Brad Barr (des Barr Brothers), puis un an plus tard de l’autre côté de la rue, à la Casa del popolo, lors du festival Pop Montréal. J’avais pris cette belle photo, l’une de mes plus réussies lors de cette première rencontre, qui est devenue la page couverture de mon recueil Les perles rares et les grands crus de la musique, paru en janvier 2013. Elle avait même chanté à Osheaga en 2012. Moins évident de présenter du rock aussi sombre en plein après-midi au soleil.

 

Kandle était alors une jeune fille d’apparence timide, qui chantait ses compositions (et Play With Fire, des Stones) un peu en marmonnant, cachée derrière son toupet blond et sa grosse guitare électrique à caisse vide. Elle racontera avoir mis du temps à accepter sa voix et se donner le courage de chanter en public.

On la retrouve aujourd’hui transformée! Kandle ne sonne plus comme une ado gothique, mais comme une femme à la voix soul, forte et riche, beaucoup plus dans la lignée d’Adele (Control Me) tout en gardant un angle musicalement indie rock (Protector). Kandle a un petit dark folk sur certains morceaux, comme si on mélangeait du Johnny Cash avec du ZZ Ward ou du Valerie June (comme sur Demon, l’inquiétant premier single de son album). Sa voix est dominante, bien plantée au milieu de son rock bourré de guitares.

Voici quelques-unes des chansons de Kandle ainsi que des entrevues récentes. On termine avec quelques chansons de son père avec 54.40.

 

Franchement, cette jeune fille ne cesse de m’étonner! Si elle continue ainsi, une belle carrière (pas tant dans l’ombre que ça) se dessine devant elle.

Kandle est la fille de Neil Osborne, le chanteur du groupe rock canadien 54.40 qui a connu quelques succès mineurs à la fin des années 80 (l’alterno One Day in Your Life) et début 90 (la rock She La). Mais aujourd’hui, on peut affirmer qu’elle trace son propre chemin, bien à elle. La jeune femme est également photographe de talent. On peut voir son travail sur son blog juste ici. Mode et nudité se rencontrent dans les bois.

KANDLE
In Flames
(Dare to Care, 2014)

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Suivez Kandle sur Facebook

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.