Kasabian est ce que j’appelle un band de magazine. On les voit presque plus souvent qu’on les entend. Leur rock’n’roll attitude est soigneusement étudiée (même s’ils le renieraient sans doute), leurs frasques systématiquement rapportées. Mais qu’en est-il vraiment de leur musique? Chez RREVERB, on s’intéresse avant tout à ce qu’on entend sur disque (ou sur scène), et non du « bruit » ou « marketing » autour.

J’avoue que j’ai toujours eu un certain respect pour Kasabian: souvent leurs albums sont solides, bien conçus, pas si superficiels qu’ils en ont l’air. Oui, ils font du rock pop, dignes héritiers de la lignée britannique des Oasis, Stone Roses et autres Supergrass, un peu comme les Arctic Monkeys, qui connaissent en 2014 un regain de succès inespéré. Kasabian a souvent été cité parmi les meilleurs groupes en concert, mais je ne les ai jamais vus, alors je ne peux pas vous en parler.

« 48:13 », le 5e album de Kasabian, en est un qui comporte quelques chansons phare qui vont clairement plaire au premier abord, comme Doomsday. Difficile de ne pas être séduits par cette pièce entraînante. Mais à d’autres moments, leur rock est plus obscur, plus dense et mérite une écoute plus attentive pour bien savourer les lignes de basses, les voix en arrière-plan, les petits sons électroniques qui allument les oreilles. Treat est aussi intéressante qu’une bonne chanson de Gorillaz.

Formé à Leicester en 1997, Kasabian prend toujours trois ans entre chaque album, question de tourner et d’être inspirés. Trois des quatre membres originaux (le chanteur Tom Meighan, le guitariste Sergio Pizzorno et le bassiste Chris Edwards) font toujours partie de la formation aujourd’hui. Le guitariste original Christopher Karloff a quitté en 2006 pour foncer Black Onassis, alors que son successeur Jay Mehler, précédemment guitariste de tournée, les a quitté pour joindre Beady Eye, mené par Liam Gallagher, anciennement d’Oasis.

kasabian-48-13

KASABIAN
48:13
(Harvest Records, 2014)

-Genre : rock alternatif
-Dans le même genre que Gorillaz, Portugal. The Man, Arctic Monkeys

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.