Difficile de croire que Laura Marling a seulement 25 ans! L’Anglaise, qui est au cœur du renouveau folk-rock des dernières années, fait paraître cette semaine son cinquième album en sept ans. « Short Movie » arrive à un moment particulier de la vie de Marling. Après la parution du monumental « Once I Was An Eagle », en 2013, Marling s’est installée à Los Angeles, et a même décroché de la musique pendant plus de six mois. Elle est finalement allée à Londres pour enregistrer « Short Movie », qui se veut un autre grand pas en avant. Cet opus marque une évolution prononcée pour la jeune Anglaise, qui délaisse quelque peu sa guitare acoustique et se questionne sur l’amour et la solitude.

Pour la première fois, la jolie blonde a réalisé elle-même ce nouvel album qui débute avec l’atmosphérique Warrior. Sur cette pièce, Marling fait une référence textuelle à A Horse With No Name, classique de 1972, et cherche un amoureux qui sera à la taille : « Where is my warrior I’ve been looking for? ». La prochaine pièce, l’excellente False Hope, est sûrement la plus électrique du répertoire de Marling. Cette dernière y va d’une candide confession : « Is it still okay that I don’t know how to be alone? ». Avec un accompagnement à la guitare acoustique et de jolis arrangements de cordes, I Feel Your Love poursuit les questionnements existentiels : « You must let me go before I get old. I need to find someone who really wants to be mine ».
Voici une liste de lecture comprenant quatre chansons du nouvel album, dont deux ont été enregistrées live.

On sent Marling très fragile sur la superbe Walk Alone, alors qu’elle semble plus détachée, voire cynique, sur Strange. Les inflexions vocales dans cette dernière chanson sont sensationnelles, qui est mi-chantée mi-parlée. Sur Don’t Let Me Bring You Down, Laura parle toujours d’amour : « Love seems to be some kind of trickery, Some great thing to which I am a mystery ». Ensuite, la très belle Easy parle de son enfance et de son séjour en Californie : « When we were young we belonged to someone, And that was easy. I’ve got us lost so I’ve turned us off in Joshua Tree ». On sent aussi le besoin pour Marling de se ressourcer et se retrouver avant de se lancer dans une nouvelle aventure amoureuse : « Well you can’t be found if you’re not all alone ».

La très entraînante Gurdjieff’s Daughter (qui renvoie à George Gurdjieff, célèbre personnage de l’ésotérisme) est une chanson folk-rock superbement construite. Divine est certainement la plus belle chanson du disque, très douce et mélodieuse, avec la superbe voix de Laura. Howl et How Can I? sont deux ballades à l’ambiance nocturne, et, sur la dernière, Marling semble préparer le terrain à son retour à la maison : « I’m going back east where I belong, where I belong ». Sur l’envoûtante chanson-titre, elle se montre très mature : « I’m paying for my mistake. That’s okay? I don’t mind a little pain ». L’album se termine avec la magnifique Worship Me, qui est pleine d’espoir : « Devote your life to peace, and breathe ».

« Short Movie » est donc un album très mature, peut-être un peu moins accessible que les disques précédents de Laura Marling, mais tout aussi satisfaisant si on prête une oreille attentive. L’esthétique musicale est toujours proche des années 60 et 70, mais on y retrouve moins la pureté folk des premiers albums. Les textes sont par ailleurs d’une très grande qualité, et Marling les livre de brillante manière. Laura Marling n’a assurément pas fini de nous épater, et cet album ajoute une autre pierre à l’édifice imposant qu’elle est en train de bâtir.

Short Movie laura marling
LAURA MARLING
Short Movie
(Ribbon Music, 2015)

-Genre : folk-rock
-Dans le même genre que Joni Mitchell, Fiona Apple, Feist

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

LAURA MARLING : Une autre pierre
ORIGINALITÉ 80%
AUTHENTICITÉ 95%
ACCESSIBILITÉ 75%
DIRECTION ARTISTIQUE90%
QUALITÉ MUSICALE85%
TEXTES 90%
86%Overall Score
Reader Rating: (1 Vote)
96%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.