C’est un très bon album que la charmante et talentueuse musicienne gaspésienne Marie-Pierre Arthur nous présente en ce froid hiver 2015. Un album où le funk, le cool, se tient avec le beau et l’intime (Rien à faire). Un disque un brin rétro, un brin nostalgique, mais qui met surtout en vedette une artiste en pleine possession de ses moyens, décomplexée, libre et bien entourée.

Arthur laisse aller sa voix comme Feist l’a fait il y a quelques années (Cacher sa voix), ce qui rend ses chansons encore plus personnelles. La musique est plus enivrante, créant une envie de se laisser aller corps et âme. Et c’est là que les textes, signés par Arthur et/ou ses collaborateurs, dont la Française Gaëlle, ont muri et touchent. Avec un paysage musical féminin québécois qui se raffine avec les Salomé Leclerc, Laurence Hélie, Viviane Audet et autres Ingrid St-Pierre, la belle brune n’a plus le monopole des chansons intimistes cool. Elle et Mara Tremblay sont les seules « survivantes » de la vague précédente. On n’entend plus trop parler des autres. Ça reviendra peut-être.

La grande force d’Arthur est d’avoir réuni des musiciens haut de gamme autour d’elle, à commencer par son chum François Lafontaine (réalisation, anciennement de Karkwa, qui a aussi travaillé avec Arthur H) et Pierre Girard (prise de son et mixage). Ceux-ci se sont surpassés à créer un canevas funky cool (la sirupeuse Il) pour laisser la chanteuse se décontracter, prendre confiance en ces (grands) moyens, et s’envoler. La chanson Comme avant est presque épique avec son envolée au sax à mi-parcours, comme dans les belles années de Pink Floyd!

On y entend également Joe Grass (collaborateur de feu Lhasa de Sela et maintenant Patrick Watson), Sam Joly (qu’on a entendu avec Mara Tremblay, Patrick Norman et Marilou), Nicolas Basque (de Plants & Animals) et Guillaume Doiron (guitariste pour David Usher, Marie-Mai, Projet Orange). Du très bon calibre, il va sans dire. Comme si ce n’était pas suffisant, des invités de marque viennent faire leur tour ici et là : le brillant batteur Robbie Kuster, Louis-Jean Cormier, Olivier Langevin (de Galaxie) et José Major, batteur recherché autant par Jimmy Hunt que Salomé Leclerc.

« Si l’aurore » est un album solide d’un bout à l’autre, sans temps mort. Plusieurs des chansons seront bonnes longtemps: on se surprend à craquer pour une intonation vocale, pour un groove entraînant, pour quelques vers simples, mais bien exprimés. Le tout demeure très accessible, comme ce que fait Feist, pour quiconque prend le temps de bien écouter sans « chercher le single ».

Originaire de Grande-Vallée en Gaspésie, la bassiste de 34 ans qui a une formation en chant jazz a débuté en tant que musicienne accompagnatrice pour Ariane Moffat, Stefie Shock et Mara Tremblay. Petite, ses parents l’ont nourrie des albums de George Harrison, des Pretenders et de gospel. Du franco et de l’anglo mélangés. Arrive un premier album en 2009, co-réalisé par Lafontaine et Cormier, mais c’est vraiment avec « Aux alentours », en 2012, que Marie-Pierre Arthur prend sa place autant au Québec qu’en France et en Belgique, autant avec le public que la critique.

On se souviendra de son single Si tu savais.

« Si l’aurore » est lancé ce soir, lundi 16 février 2015, à La Tulipe, alors qu’il sera présenté en première montréalaise le jeudi 26 février au Club Soda, dans le cadre du festival Montréal en lumière 2015. Ça sera assurément l’un des bons albums d’ici.

MARIE-PIERRE ARTHUR
Si l’aurore
(Simone Records, 2015)

-Genre: groovy franco rock
-Dans le même genre que Feist, Mara Tremblay, Cat Power (album “Sun”)

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le channel YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.