Le Néo-Brunswickois Matt Andersen a fait paraître il y a quelques semaines son huitième album en carrière. Pour façonner ce qu’il espère être l’album qui le lancera auprès d’un plus grand public, Andersen a mis toutes les chances de son côté en s’alliant au réalisateur Gordon Williams, connu sous le nom de Commissioner Gordon. Ce dernier a travaillé notamment avec Amy Winehouse, Joss Stone et Lauryn Hill, et il permet à Matt Andersen de livrer un très bon album, où sa voix riche et puissante s’épanouit.

Très bon guitariste aux racines blues, Matt Andersen explore sur « Honest Man » à une palette de sons plutôt large. Break Away ouvre l’album sur une pop folk-rock qui peut rappeler certains tubes des années 90. La chanson se tient bien, même s’il ne s’agit peut-être pas du moment le plus convaincant de l’album. La chanson suivante, The Gift, est une des pièces les plus intéressantes, avec une ambiance country alternatif très accrocheuse. La voix d’Andersen rayonne sur ce morceau.

La chanson-titre rappelle pour sa part la soul de Stax ou Motown, avec ses cuivres et son orgue très présentes. C’est fait de manière sincère et authentique, pas seulement pour singer une formule gagnante. I’m Giving In est dans un tout autre registre, alors que c’est une touchante ballade jouée seulement au piano. On sent Andersen très vulnérable, avec sa voix qui semble presque casser par moments. Le country-folk apaisant de Quiet Company s’enchaîne très bien ensuite.

 

Sur l’excellente Let’s Get Back, la voix du Néo-Brunswickois est en plein déploiement, accompagnée entre autres par un banjo! L’orgue revient en force sur All The Way, sur laquelle on peut également entendre le très bon jeu de guitare d’Andersen. La superbe Last Surrender évoque clairement Otis Redding, dans la manière qu’Andersen projette sa voix. Un peu moins réussie, la dynamique Who Are You Listening To? n’est pas sans rappeler The Who. Pour conclure l’album, One Good Song surprend, avec une flûte qui donne une sonorité folk.

Matt Andersen va assurément vers de nouveaux horizons sur « Honest Man » , et sa visibilité ne pourra qu’en bénéficier. Il propose un americana très accessible, qui rassemble de manière convaincante plusieurs influences, dont le folk, la soul, le blues et le country. Même si l’album est quelque peu inégal, il contient de très bons moments. Très bien appuyée et mise en valeur par une réalisation efficace, la voix de Matt Andersen est son plus grand atout, et elle rayonne sur cet album.

Matt Andersen est en concert à l’Astral à Monttéral, le 25 mars prochain. Billets ici.

Matt-Andersen honest man

MATT ANDERSEN
Honest Man
(True North Records, 2016)

-Genre : blues avec R&B et Soul

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

MATT ANDERSEN : Vers de nouveaux horizons
ORIGINALITÉ 70%
AUTHENTICITÉ 85%
ACCESSIBILITÉ 85%
DIRECTION ARTISTIQUE80%
QUALITÉ MUSICALE80%
TEXTES 75%
79%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.