Découvert en performance intime à Osheaga en 2012 et en rotation dans un Starbucks (eh oui, ils y vendent des disques pas mal, parfois), le soul pop de ce jeune Britannique d’origine ougandaise est des plus agréables. Michael Kiwanuka est un jeune musicien de 24 ans qui m’a fait le même effet que la première fois que j’ai entendu Amy Winehouse ou Adele « Wow, cette voix date vraiment d’une autre époque! »

Dès les premières secondes, on tombe en amour avec sa voix extraordinaire! On est d’un seul coup replongés dans une autre époque, sans pour autant jouer dans le pastiche. Héritier direct des Otis Redding, Van Morrison et Bill Withers, il touche à chaque son qu’il émet avec sa douce voix, pleine de vécu, imbibée d’émotions. La réalisation, impeccable, le replace dans un son rétro hyper cool, groove et parfois sensuel, sans ne jamais sombrer dans la guimauve.

Il a ce ton folk relax à la Jack Johnson mais avec une approche beaucoup plus près du son Motown des années 60. Ben Harper a souvent frôlé de cet état de grâce, notamment sur son album plus folk de 2008, “Lifeline”, mais en gardant un angle beaucoup plus rock moderne et une virtuosité à la guitare.

Il est, en quelque sorte la réponse masculine aux artistes de la nouvelle génération soul féminine telles que Asa, Katie Melua et même Norah Jones (des premiers albums). Je pourrais ajouter Adele et feu Amy Winehouse dans le lot, étant donné leur forte influence Motown également, mais avec Michael Kiwanuka et les chanteuses ci-dessus, on évite les envolées trop puissantes et l’enrobage trop pop. Le gars reste calme et doux en tout temps. À Osheaga il y a quelques semaines, il a fait un modeste tour de chant sur la Scène des arbres, retiré de la foule. Simplement accompagnées par un bassiste / second guitariste, ses chansons ont séduit, sans forcer.

Vraiment, voici un album avec lequel vous allez tomber en amour. Un disque que vous adorerez écouter en couple lors de belles soirées où l’on éteint la télé et qu’on débouche une bonne bouteille de vin. Idéal pour le genre de moments où l’on se permet de danser un slow avec sa blonde, emportés par le charme de l’instant. Le seul danger est que Michael Kiwanuka vole la vedette de votre soirée.

Assurément l’un de mes albums préférés de 2012!

MICHAEL KIWANUKA
Home Again
(Polydor / Cherrytree Records, 2012)

– Genre: soul
– Dans le même style qu’Otis Redding, Leon Bridges, Ben Harper

Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers le chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.