Cette femme blonde dans la jeune vingtaine est l’une des musiciennes qui se sont mises à mettre la harpe de l’avant, dans la musique folk pop. Au Québec, on connait Emilie & Ogen et Sarah Page (des Barr Brothers) qui gravitait autour de la belle Lhasa de Sela, lors des dernières années de celle-ci.

Mikaela Davis est née à Rochester dans l’état de New York et ne connait probablement pas Emilie ni Sarah. Elle chante avec sa harpe qu’elle a huit ans. Ce EP de quatre chansons – la plupart des reprises – regroupe des enregistrements qui datent de 2011 et qui mettent en valeur non seulement le mythique instrument à 40 cordes (ou jusqu’à 46 selon les modèles), mais surtout son très beau talent d’auteure-compositrice-interprète. Lorsqu’elle chante de tout son cœur la superbe Casimir Pulaski Day (reprise de Sufjan Stevens), qui raconte le décès d’un(e) proche d’un cancer des os. Tout le désarroi face à la fatalité, mais aussi la délicatesse des émotions qui se bousculent. Le tout est propulsé par une voix cristalline, puissante, qui traverse l’espace.

mikaela davis harp live

Sur la belle et mélancolique Twilight (reprise d’Elliott Smith), Mikaela Davis a des accents de Björk par certaines intonations. On dirait qu’elle nous ramène vers les chansons des premiers albums solos de l’Islandaise, ou de son album “Unplugged”, moment magique du milieu des années 90.

 

Ce ne sont pas chacune des quatre chansons de cet EP qui sont aussi tragiques. Mais elles sont toutes belles et intenses. Cette brève carte de visite se termine avec la pièce David Watts est un pastiche très réussi des chansons pop de plage ou du swinging London des années 60. Une touche de sitar, un rythme martelé, des coeurs aux bons endroits: et voici les meilleurs moments des Kinks qui renaissent sous nos yeux et oreilles. Chez nous, Coeur de pirate a joué dans les mêmes eaux.

Encore une fois, c’est criant à quel point Mikaela Davis regorge de talent. En 2012, elle lance un premier album éponyme suivi en 2014, d’un autre EP « Fortune Teller ». Ces quatre chansons publiées sous le nom « From The Archives » sont des enregistrements « faits maison ».

mikaela davis harp

MIKAELA DAVIS
From the Archives
(indépendant, 2011)

-Genre: folk
-In the same style as Emilie & Ogen, Jorane

Lien vers la page Bandcamp de l’artiste (achat à votre prix)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.