Ayant fait sa marque en jouant entre autres avec Ty Segall, Mikal Cronin est maintenant l’un des très bons auteurs-compositeurs-interprètes de sa génération. Sorti en 2013, son deuxième album, « MCII », avait révélé son grand talent. Son plus récent opus, « MCIII », paru la semaine dernière sur l’étiquette Merge Records, étend encore plus la palette sonore du Californien de 29 ans. Le don mélodique de Cronin est impressionnant,  et « MCIII » offre un savoureux indie-rock à la sauce power pop.

Cronin a divisé son nouvel album en deux faces distinctes. La première est constituée de cinq chansons savamment orchestrées, alors que la deuxième propose les six chansons de la suite Circle, portant sur le thème de la transition à l’âge adulte (ou coming of age). Cronin raconte en fait les années qui ont suivi son départ de la Californie pour aller étudier dans le nord-ouest des États-Unis. Il se cherchait à cette époque, et dit finalement que cette quête l’a mené où il est maintenant.

Les cinq premières chansons du disque sont hautement accrocheuses, du pop-rock de grande qualité. On remarque également que Cronin crée un mini « Wall of sound » à la Phil Spector, notamment sur l’excellente Turn Around. Le son est dense, mais très clair, et les arrangements de cordes sont superbes. Le motif de guitare de Made My Mind Up est irrésistible, et la ligne de basse est envoûtante sur la très bonne Say. Le début de Feel Like rappelle Mother, de Pink Floyd, mais la chanson s’anime ensuite. La superbe I’ve Been Loved est magnifiée par de somptueux arrangements de cordes.

Les six chansons de la suite Circle sont en général légèrement plus dépouillées, mais parfois avec un son plus cru. La très belle Alone alterne entre des arrangements de cuivres et de cordes et des passages plus intimistes. Pleines de distorsion, Gold et Ready sont certainement les chansons les plus intenses du disque. On aime beaucoup le jeu des guitares sur Control, et la délicate Difference est toute en douceur. Circle clôt l’album de très belle manière, avec un excellent motif de piano.

Mikal Cronin avoue sans ambages qu’avec « MCIII », il voyait grand et voulait frapper fort. On peut affirmer qu’il ne s’est pas trompé! On retient évidemment le don mélodique qu’il possède, et sa capacité à canaliser ses influences, de Big Star à R.E.M. et Badfinger, pour produire une musique originale et personnelle. Même s’il s’essouffle par moments dans la deuxième moitié, « MCIII » est un excellent album.
Mikal Cronin sera en spectacle au Théâtre Fairmount le 17 septembre, dans le cadre de Pop Montréal.

mikal cronin - mciii
MIKAL CRONIN
MCIII
(Merge Records, 2015)

-Genre : power pop
-Dans le même genre que Big Star, Allah-Las, Thee Oh Sees et Ty Segall

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

Le don mélodique de MIKAL CRONIN
ORIGINALITÉ 75%
AUTHENTICITÉ 85%
ACCESSIBILITÉ 90%
DIRECTION ARTISTIQUE90%
QUALITÉ MUSICALE85%
TEXTES 75%
83%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.