Nommé en référence au grand classique du groupe anglais The Zombies, le trio lyonnais Odessey & Oracle a fait paraître à la fin 2014 un premier album, au nom tout aussi éclaté : « Odessey & Oracle And The Casiotone Orchestra ». Prendre son nom directement d’un groupe ou d’un album vénéré est très risqué, créant immanquablement des attentes élevées chez l’auditeur. Cet album ne déçoit toutefois pas, même s’il ne surprend pas outre mesure non plus. On peut dire que les membres d’Odessey & Oracle sont de très bons élèves, ayant appliqué (et parfois réactualisé) les préceptes de la pop baroque et psychédélique des années 60.

Odessey & Oracle regroupe trois musiciens formés en musique classique. L’initiateur du projet et celui qui a composé et arrangé les chansons du disque, Guillaume Médioni, a étudié la composition. Alice Baudoin a été formée en clavecin et en flûte, alors que Fanny L’Héritier a étudié le piano et le violoncelle. Le « Casiotone Orchestra » a donc été constitué d’une quinzaine d’amis d’études des trois membres du groupe. On peut ainsi s’attendre à un album recherché, à l’instrumentation riche et bien construite : c’est exactement ce dont on a droit.
Voici un teaser qui comprend quelques-unes des chansons de l’album. Le disque peut être écouté en entier sur la page bandcamp du groupe.

La structure de l’album est par ailleurs très intéressante. Entre chacune des neuf chansons de l’album, de courtes pièces instrumentales de moins de deux minutes s’insèrent parfaitement bien et ponctuent brillamment l’album. Ces huit interludes sont nommés Invention, et sont numérotés de #1 à #8. On retrouve beaucoup de contrepoint dans ces compositions, et l’instrumentation varie grandement d’un morceau à l’autre. De la guitare (#1) à la flûte (#2), en passant par des sons synthétiques (#3, #7 et #8), du piano électrique (#4) et de merveilleux arrangements de cordes (#5 et #6), ces pièces sont imaginatives et bien construites.

Les neuf autres chansons du disque vont dans plusieurs directions. Menée par les synthétiseurs, 2016 est très planante, rappelant certains moments de The United States of America. Avec les arrangements de cordes, de synthés et de banjo, Esprit du ciel (la seule chanson en français du disque) est bien construite, et contient de très belles harmonies vocales. The Cat With Lipstick est également intéressante, mais la performance vocale tombe un peu à plat. Une des pièces les plus réussies du disque est I Saw My Mother. L’ambiance psychédélique est très bien installée par les synthés qui font space-rock; plus loin, la polyphonie vocale et instrumentale est impressionnante. Les cordes à la baroque de Fixing The World sont magnifiques, tout comme la trompette qu’on y entend; la dernière minute de la pièce est complètement surprenante, avec une envolée à la Michael Jackson! Night Of The Tacky Toys manque un peu de cohérence, et on n’embarque pas tellement dans V.I.A.G.R.A  et Alphabet.

odessey & oracle 1Odessey & Oracle nous offre un album étoffé, qui est pour la tête plus que pour le corps. Les chansons sont relativement complexes et méritent une écoute attentive. Les arrangements sont souvent épatants, empruntant beaucoup à la musique classique. Le groupe a cependant choisi de s’ancrer dans une formule de musique populaire, et c’est pourquoi on aurait aimé entendre davantage de mélodies fortes et accrocheuses. Mais le potentiel est là. Il sera intéressant d’entendre ce que nous proposera dans le futur la bande à Guillaume Médioni. En attendant, ce premier album est une belle réactualisation du baroque pop des années 60.

odessey and oracle
ODESSEY & ORACLE
Odessey & Oracle and The Casiotone Orchestra
(Carton Records, 2014)

-Genre : pop baroque et psychédélique
-Influencé par The Zombies, The Beach Boys, The United States Of America et The Left Banke

Lien vers l’achat en ligne (Bandcamp)
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

ODESSEY & ORACLE : De très bons élèves
Originalité70%
Authenticité75%
Accessibilité75%
Direction artistique90%
Qualité musicale90%
Textes70%
78%Overall Score
Reader Rating: (0 Votes)
0%

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d'heures d'écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.