C’était hier, dans le cadre de M pour Montréal que se produisait Operators, le dernier projet du prolifique Dan Boeckner. Celui qu’on connait notamment pour Wolf Parade, Handsome Furs et Divine Fits était de retour avec ses plus récentes pièces tirées de leur EP auto-produit, “EP1”. Au programme, du Dan Boeckner pur et fidèle à lui-même: synthétiseur énergique et voix hypnotisante pour un son indie rock électro juste assez impétueux, qui donne envie de tout recommencer.

C’est d’ailleurs sous le signe du nouveau départ qu’Operators a vu le jour. Dan délaisse la guitare et passe à l’avant scène à titre de “lead singer”, non sans récupérer certains éléments inhérents à ses groupes précédents. Reprenant les sonorités électros et la fièvre d’Handsome Furs et de Wolf Parade, Boeckner devient toutefois la “matière” principale.

Boeckner a d’ailleurs encore montré hier qu’il fait un excellent “front man”. À la fois intense et détendu, il est monté sur scène en engageant son public instantanément. Sourire aux lèvres – presqu’aussi heureux d’être là que nous – sa fougue était contagieuse, portée par ses chansons, à la fois chargées émotionnellement et libératrices.

Le Dan Boeckner au visage hanté semblait même avoir exorcisé ses démons du passé. Le soutien de trois autres musiciens ou ses chansons parlant de “nouveau départ”, dont l’accrocheuse Start Again, y sont peut-être pour quelque chose… Peu importe, sa détermination et sa passion sont toujours bien vivantes.

Autour de moi, les yeux brillants et les corps dansant semblent sous le même effet d’enchantement. Si les quelques petits problèmes techniques, bien soulevés par Devojka – gardienne de la qualité – brise un instant le charme, Broeckner a l’air de trouver ça plutôt drôle, trop occupé à s’amuser. Il continue de se remuer et de laisser sa voix, toujours aussi impeccable et aguichante, nous émerveiller davantage. Je me rends à l’évidence, Dan nous fait toujours voir des étoiles.

Avant de jouer True, mentionnons que Devojka prend le soin d’ajouter: “This song is about sex, no wait, on such great fucking that you think it’s love“. D’accord, en tout cas ce soir j’ai assez de plaisir pour me sentir un peu amoureuse. Une fois toutes leurs chansons écoulées, Operators arrive bien sûr à bout de matériel. Devojka nous avoue qu’il faut qu’ils écrivent plus de chansons. On attend la suite avec impatience. En attendant, recommencement ou pas, plus ça change, plus c’est pareil: Dan Boeckner est toujours aussi…”opérant”.

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Vanessa Hauguel
Blogueuse - RREVERB
Google+

Née à Montréal au milieu des années 80 (entre une chanson de George Michael et de Foreigner), Vanessa Hauguel se passionne pour la musique depuis qu'elle est tombée amoureuse de David Bowie et de Prince à 9 ans. Assoiffée de nouveaux artistes, elle aime aussi revisiter les oeuvres des artistes plus établis. Ayant un faible pour le rock indépendant, le classique, le folk, le New-Wave, et tout ce qui sort de l'ordinaire, elle vous invite à pourchasser le meilleur de la musique (en vous dictant ses états d'âmes au passage).