Le deuxième concert auquel j’ai assisté durant cette Virée classique était présenté à l’intimiste 5e Salle de la Place des Arts. En ouverture, le Divertimento K. 136 de Wolfgang Amadeus Mozart a été joué par un quatuor à cordes composé de musiciens de l’OSM (Olivier Thouin et Marianne Dugal aux violons, Natalie Racine à l’alto et Sylvain Murray au violoncelle). Cette œuvre de jeunesse (Mozart l’a composée à 16 ans) légère et enjouée, toute mozartienne dans sa grâce et sa mélodie, a été interprétée avec entrain et bonhomie par ces musiciens d’exception.

Le Quintette pour piano et cordes de Robert Schumann était ensuite joué, avec Stéphane Lemelin au piano. Cette composition date de 1842 et est un réel chef-d’œuvre de la musique de chambre. Le piano a ici un rôle quasi concertant (il est muet sur seulement six mesures!), ce qui fait que le pianiste doit donc modérer ses élans afin que ses collègues se fassent bien entendre.

Dans le premier mouvement, Allegro brillant, le rythme est tour à tour rapide et lent, l’ambiance se fait tantôt héroïque, tantôt romantique. Les musiciens rendent bien les changements de tempo et d’atmosphère au sein de ce premier mouvement. Le jeu est vif lorsqu’exigé, pour ensuite devenir très expressif, avec le violoncelle notamment qui expose une grande mélodie romantique.

Le mouvement lent est intime et tragique : il s’agit en fait d’une marche funèbre (In modo d’una marcia). Le pianiste transmet ce lyrisme inhérent à l’esprit schumanien et les cordes jouent avec la douceur et la retenue qui correspond à un tel climat. En contrepartie, le Scherzo qui suit est plein de vie et enjoué. Les musiciens jouent de manière énergique et emportée, avec justesse et vigueur.

Très mélodique et imaginatif, le Finale est une conclusion parfaite à cette œuvre monumentale. Les motifs musicaux abondent, pour mener à une double fugue. Celle-ci est exécutée à merveille, de manière passionnée et enlevée.

Prochain arrêt : la Maison symphonique et Pierre Lapointe « intime » (cliquez ici).

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Benoit Bergeron
Blogueur - RREVERB
Google+

Curieux de nature, Benoit est un boulimique musical qui consomme de presque tous les genres. Du punk au classique, en passant par le folk, le psychédélique et le rockabilly, il sait apprécier les subtilités propres à chacun de ces courants musicaux. À travers des centaines d’heures d’écoute et de lecture de biographies, il tente de découvrir les motivations et les secrets derrière les plus grands albums et les œuvres grandioses des derniers siècles. Il parcourt aussi les salles de spectacle de Montréal, à la recherche de vibrations directes.