« Dark side of the moon » de Pink Floyd est un album majeur dans l’histoire du rock pour plusieurs raisons. D’abord (et avant tout) parce que tous les titres sont excellents, originaux, fabuleusement arrangés et interprétés de façon magistrale par quatre musiciens au sommet de leur art.

Roger Waters, David Gilmour, Rick Wright et Nick Mason ont relié les pièces les unes aux autres avec des effets sonores (Speak to Me et On the Run) et des enregistrements de sons concrets (dont les horloges de Time et la caisse enregistreuse de Money) faisant de l’album un trip conceptuel complet en lui-même. Une révolution pour 1973.

Les compositions, dont Waters a écrit toutes les paroles bien que ce soit Gilmour qui les chante, sont fortes en subtilités sociales (Money), humaine (Time et Eclipse), émotive (Us and Them et les belles vocalises, improvisées! de Clare Terry dans The Great Gig in the Sky), cérébrale (Brain Damage) et naturelle (Breathe).

L’expérience ultime – que beaucoup ont fait – est d’écouter cet album d’une traite, dans le noir, sur d’excellents écouteurs. C’est une expérience magique… et ça ne prend que 45 minutes de votre vie.

On l’écoute au complet ici. Essayez.

« Dark side… » est un concept orchestral dans le contexte rock, un peu comme l’opéra rock « Tommy » des Who à la différence que les Floyd sont des musiciens davantage axés sur le « décollement spatial » de leurs oeuvres. L’album resta sur le Top 200 du célèbre Billboard pendant près de vingt ans (741 semaines consécutives pour être exact) sans y disparaître, et s’est vendu à plus de 50 millions de copies à travers le monde! Par deux fois il a été re-masterisé et re-lancé.

« Dark Side… » a été enregistré aux fameux studios Abbey Road, de juin 1972 à janvier 1973, pour être lancé le 1er mars de cette année.

Le documentaire ci-dessous décrit comment Pink Floyd a créé cet album légendaire. Vraiment intéressant. J’aime particulièrement quand Gilmour avoue s’être dit, suite à la première écoute du produit fini : « Ouain, je crois qu’on a fait quelque chose de bon » (traduction libre).

 

Dark_Side_of_the_Moon

PINK FLOYD
Dark Side of the Moon
(Harvest / Capitol, 1973)

-Genre: rock conceptuel
-Dans la même veine que Genesis, King Crimson, Steely Dan

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.