Pas de surprise pour le dernier EP de Pretty Lights, The Hidden Shades, mais pas de mauvaise surprise non plus. Comme l’adage le dit, quand on tient une recette gagnante, pourquoi la changer.

Encore une fois le DJ et producteur de beats américain fait preuve d’une maîtrise hors pair pour mixer une vaste quantité d’ingrédients musicaux et faire en sorte que tous fondent ensemble « comme du beurre dans la poêle ». On reconnaît évidemment sa sauce aux premières effluves, puisqu’il assaisonne toujours ses compositions avec un soupçon de Glitch-Hop, comme à son habitude.

Donc, pour cette recette, beaucoup d’ingrédients et un temps de préparation normal, compte tenu du fait que son dernier album, A color Map of The Sun, est sorti du four en juillet 2013. Par contre The Hidden Shades se déguste assez rapidement, avec seulement 4 pistes originales, plus ces quatre mêmes réinterprétées à la saveur d’autres DJ par la suite.

contrairement à un gâteau, l’œuvre ne m’a pas renversée, mais je ne me suis pas abstenu d’en reprendre non plus, étant fan de l’artiste et du style musical à la base. J’ai surtout apprécié la chanson Can’t contain it qui sort plus du lot.

Bon! Les dégustations c’est bien beau, mais si on veut vraiment apprécier toute les subtilités de ce que prépare ce chef, il faut le voir à l’œuvre.

Voici un extrait de son légendaire « Live Set », Midnight at The Vic Theater au la veille du jour de l’an 2010 :

Pas de dates pour l’instant quant au prochain spectacle de l’artiste à Montréal. Mais, s’il vient j’y serai. Et vous?

 

887158787522_Cover.170x170-75
Pretty Lights
The Hidden Shades – EP
(Seconds Records, 2014)

-Genre : Glitch-Hop
-Dans le même genre que Gramatik, Abatrckt, Samples

Lien vers l’achat en ligne (iTunes)
Lien vers la page Facebook de l’artiste

 

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

J-F Richard
Blogueur - RREVERB
Google+

Toujours à la recherche de nouveautés musicales et d’émotions fortes, c’est à travers ses textes que J-F invite les gens dans son univers éclectique. Adepte du rock, en passant par le blues, jusqu’au classique, ce musicien en herbe arbore un penchant pour la musique électronique puisqu’elle en permet l’amalgame. Son but chez RREEVERB est de faire ressortir l’atmosphère vécue lors de ses diverses écoutes et présences en salles.