J’avoue ne pas connaître beaucoup le band de Josh Homme, à part quelques gros hits inévitables comme les excellentes No One Knows ou Go With the Flow, qui datent déjà de 2010, ou My God is the Sun, I Appear Missing plus récemment. Du bon rock efficace et bien déjanté. C’est plus avec l’album “Post-Pop Depression” d’Iggy Pop, sur lequel jouaient Homme et le guitariste Dean Fertita que j’ai vraiment apprécié le solide rock moderne de Queens of the Stone Age. Des morceaux comme Gardenia, American Valhalla ou Break Into Your Heart encadraient bien la folie impulsive de l’Iguane du Rock.

Quelques extraits:

 

Arrive donc “Villains”, le 7e album de l’histoire du band formé à Palm Desert, en Californie en 1996. Fort attendu de leurs nombreux fans après une pause de 5 ans depuis “…Like Clockwork” qui s’était rendu au sommet des palmarès américains, australiens, canadiens, finlandais, néo-zélandais, britanniques, suisses et atteint le top 5 de plusieurs autres pays.

Je ne sais pas ce que les fans de QOTSA pensent de “Villains” mais du point de vue du néophyte, je découvre un album pas vilain du tout, avec ses hauts et ses bas.

LES HAUTS

Le jeu combiné des guitares de Homme, Fertita et Troy Van Leeuwen est vraiment riche et punché chez Queens of the Stone Age. The Way You Used to Do est un solide morceau où l’oreille écoutera le mouvement dans l’espace et les échanges de riff entre les deux six-cordes électriques. Il y a une belle originalité dans la rythmique également, avec frappements dans les mains.

Josh Homme est tout un chanteur. Aussi charismatique que Paul Banks d’Interpol et aussi vedette que Matthew Bellamy de Muse, ce gentil géant roux a une présence puissante qu’on le veuille ou non, on qu’on apprécie ce genre de personnage. Dans la mouture 2017, c’est Michael Shuman qui tient la basse et Jon Theodore, la batterie.

 

LES BAS

Parmi les moins bons moments, il y a ces quelques morceaux qui se veulent un peu moins rock, où les guitares sont moins présentes, comme Feet Don’t Fail Me, qui ouvre l’album. Un effort qui semble un peu contre-nature pour un band rock si efficaces avec ses guitares. Fortress pourrait être une ballade rock si ce n’était des guitares tonitruantes en arrière-plan. Pas mauvais mais un peu prévisible aussi.

Il semble y avoir un peu de relâchement au niveau énergique. Des morceaux comme Domesticated Animals sont intéressants mais manquent de punch, on dirait. Un peu trop comfortables, pas assez affamés comme par le passé, pourrait-on croire. Ça sonne parfois comme du Franz Ferdinand sans pétillant. On s’ennuie de l’épice Iggy.

Au final, c’est un bon album de rock.

queens of the stone age villains

QUEENS OF THE STONE AGE
Villains
(Matador, 2017)

-Genre: rock alternatif
-Dans le même genre que les Foo Fighters, Franz Ferdinand, Interpol

Écoute et achat sur Google Play
Lien vers la page Facebook du groupe
Lien vers la chaîne YouTube du groupe

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 6 000 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur-en-chef de 2009 à 2014. Il publie “Les perles rares et grands crus de la musique” en 2013, et devient stratège numérique des radios de Bell Média en 2015, participant au lancement de la marque iHeartRadio au Canada en 2016.