Plusieurs groupes de rock plutôt atmosphériques émergent du Québec depuis quelques années. Dans le sillon des Malajube et autres Monogrenade, des formations un peu plus rock comme Ponctuation ou plus atmosphériques comme Bernhari et Alexandre Désilets trouvent leur chemin jusqu’à nos oreilles avides de découvertes de qualité.

Renard Blanc est le plus récent de la série. Ce groupe de St-Hyacinthe mené par la voix et la plume de Vincent Lepage trouve le parfait équilibre entre airs plus pop à la Baden Baden ou Coldplay et rock mystérieux et envoutant, comme sur la pièce Doucement. On ne comprend pas toujours très bien ce que dit Lepage mais on ressent toujours l’émotion qu’il veut transmettre.

Il y a de la mélancolie, mais aussi beaucoup d’énergie et d’espace. Il chante avec une belle élégance, sur Fuir ailleurs notamment, qui rappelle Alexandre Désilets, Fran Healy (de Travis) ou même Thom Yorke et Morrissey par moments, sans le cynisme du dandy de Birmingham, par contre.

Voici Psychomagie.

 

Le batteur Alexandre Crepeau et le bassiste et claviériste Jacob Gladu (qui a illustré la pochette) complètent le trio, foremé en 2012. Ils avouent une attirance vers le prog et le post-rock, avec un soupçon de musique électronique. Francis Ledoux (qui a fait la prise de son) joue du synthé et du sax ici et là, à titre d’invité.

Renard Blanc laisse transparaître des influences très variées. Ces longs morceaux de 5 ou 6 minutes permettent une exploration sonore approfondie. Les guitares à effets à la The Cure (Marathon), se combinent aux riffs plus saccadés (Docteur Moderne). En beaucoup moins intime et probablement plus rock, Renard Blanc fait un peu dans le même genre que Salomé Leclerc.

Probable qu’ils se croisent lors de leurs vols planés.

 

Le groupe en est à sa troisième sortie depuis janvier 2014, les EP « Arsameq » (janvier 2014) et « Les pendules à leurres » (octobre 2014) ont précédé ce premier long-jeu autoproduit. On peut acheter « Empire onirique » pour le prix que l’on décide soi-même sur la page Bandcamp du groupe.

renard blanc

RENARD BLANC
Empire onirique
(indépendant, 2015)

-Genre : rock atmosphérique
-Dans le style d’Alexandre Désilets, Thom Yorke, Monogrenade

Lien vers l’achat en ligne sur la page Bandcamp du groupe
Lien vers la page Facebook de l’artiste
Lien vers la chaîne YouTube de l’artiste

Réagissez à cet article / Comment this article

commentaires / comments

About The Author

Nicolas Pelletier
Fondateur et rédacteur en chef
Google+

Mélomane invétéré et rédacteur agréé, Nicolas pratique la critique en mode olympique: il parle de tout, tout le temps, depuis 1991. Il a publié 4 500 critiques de disques et concerts dont 1100 chez emoragei magazine et 600 sur enMusique.ca, dont il a également été le rédacteur en chef de 2009 à 2014. Nicolas a publié "Les perles rares et les grands crus de la musique" en janvier 2013, un ouvrage de 1250 pages en deux tomes.